Secrètement, il espérait, bien sûr, remporter à Sun City le premier tournoi de sa carrière sur l'European Tour. Mais sa troisième place au Nedbank Challenge dégage néanmoins, pour Thomas Detry, un petit parfum de victoire. Grâce à ce podium en Afrique du Sud, le champion bruxellois fait partie du cercle fermé des 50 qualifiés pour le DP World Championship, grande finale du circuit.
...

Secrètement, il espérait, bien sûr, remporter à Sun City le premier tournoi de sa carrière sur l'European Tour. Mais sa troisième place au Nedbank Challenge dégage néanmoins, pour Thomas Detry, un petit parfum de victoire. Grâce à ce podium en Afrique du Sud, le champion bruxellois fait partie du cercle fermé des 50 qualifiés pour le DP World Championship, grande finale du circuit. A 26 ans, le protégé de Jérôme Theunis et Michel Vanmeerbeek est clairement entré dans une nouvelle dimension. En gagnant l'an passé, en compagnie de son pote Thomas Pieters, la Coupe du monde par équipes, il s'était déjà révélé à la planète golf. Tout au long de cette saison, il a confirmé à la fois sa grande régularité (21 cuts sur 24) et son énorme marge de progression. C'est bien simple : il donne l'impression de se bonifier à chaque tournoi ! Certaines statistiques valent mieux que de longs discours : en 2019, il a signé une moyenne de score de 70 par 18 trous, soit un top 20 européen dans cette catégorie. " Son jeu est très constant depuis le début de l'année, confie Jérôme Theunis. Et, là, lors des deux derniers tournois, il a encore grimpé d'un niveau, dans tous les secteurs. En réalité, Thomas gagne en maturité semaine après semaine. Il comprend tout très vite et tire les leçons de chaque expérience. Cela lui confère une grande confiance en ses moyens. "Incroyable maîtriseSur le terrible parcours du Gary Player CC, le Bruxellois a frappé fort, au propre comme au figuré. Au sommet de son art, il a fait preuve d'une incroyable maîtrise durant les trois premiers tours, rendant trois cartes sous le par. Certes, le dernier jour, légèrement usé mentalement, il céda un peu de terrain mais il trouva néanmoins les ressources pour terminer par un improbable birdie qui lui assurait définitivement sa promotion à Dubaï. " Son petit jeu était très régulier, poursuit Jérôme Theunis. J'avais beaucoup travaillé avec lui, ces dernières semaines, la concentration et le mouvement des yeux au putting. Il a parfaitement appliqué cet entraînement. C'est un régal de bosser avec un joueur aussi attentif, méticuleux et méthodique. Il écoute et intègre aussitôt. Parfois, il est encore un peu trop impatient et cela lui joue un mauvais tour. Mais c'est logique d'être ambitieux avec un tel potentiel... " A Dubaï, Thomas tentera de confirmer le momentum. Et plus si affinités. S'il termine la saison dans le top 30 du classement général, il sera automatiquement qualifié pour le British Open en 2020. Pour l'heure, il n'a pas encore participé à un tournoi du Grand Chelem. Là aussi, c'est juste une question de temps !