Tendances Guide Immo

cover Tendances Guide Immo

Lire no. 02 | 9 septembre 2021

Vue web

Les prix immobiliers atteignent de nouveaux sommets en Belgique ce premier semestre. Les plus fortes progressions s'observent principalement en Flandre.

INTRO

L'immobilier belge retrouve quelque peu la raison. Si les prix continuent d'augmenter, que la demande reste élevée et que l'offre de logements fait toujours défaut, la période déraisonnée de hausses de prix de certains biens semble toucher à sa fin. Une croissance de 5% est tout de même attendue en 2021.

TENDANCES en PERSPECTIVES

Des prix qui grimpent toujours plus haut. Un marché immobilier de plus en plus inaccessible. Des jeunes moins attirés par la propriété. Des expatriés qui désertent Bruxelles. Secouer le tout et vous obtenez un marché locatif qui multiplie les écarts de conduite.

BRUXELLES

Les hausses de prix dépassent les 10% en un an dans un tiers des communes bruxelloises. Le marché connaît des évolutions surprenantes. Les appartements les plus chers sont toujours à retrouver à Ixelles, avec un prix moyen de 504.000 euros pour 123 m2.

BRUXELLES

La sonnette d'alarme peut être tirée. L'offre d'appartements neufs en cours de commercialisation reste au plus bas. Et rien n'indique que la courbe va s'inverser. Seuls le centre-ville et les communes du nord de Bruxelles passent entre les gouttes. Une situation qui s'accompagne d'importantes hausses de prix.

BRUXELLES

Les prix des maisons semblent se stabiliser sur le dernier semestre, ceux des appartements affichent une hausse modérée. Une accalmie pour le moins attendue au vu de l'emballement constaté en 2020.

BRUXELLES

La multitude de grands projets immobiliers qui se sont construits ces 10 dernières années ont fait le bonheur des investisseurs. Ils ont également offert de nouvelles perspectives aux locataires. La hausse des prix de l'immobilier segmentant de plus en plus l'accès à la propriété.

BRABANT WALLON

L'offre reste importante à Braine-l'Alleud, Louvain-la-Neuve et Tubize. Le stock d'appartements neufs s'essouffle par contre à Waterloo, Rixensart et surtout Nivelles. Les prix sont en léger recul.

BRABANT WALLON

Le marché locatif liégeois reste encore peu développé. Il est essentiellement dynamisé par les étudiants. L'arrivée de nouveaux projets immobiliers pourrait offrir de nouvelles perspectives aux candidats à la location. Mais aussi faire grimper les loyers.

LIÈGE

L'offre d'appartements neufs reste très élevée dans le centre-ville liégeois. Une tendance qui devrait encore se renforcer dans les prochaines années. Même situation dans les communes de la proche périphérie. Cette nouvelle donne s'accompagne d'une nette hausse des prix (+ 7,5% en un an).

LIÈGE

Le marché liégeois a indéniablement pris de la valeur durant la crise sanitaire, profitant de l'envie d'espace et de nature. Reste à voir comment il réagira suite aux inondations de cet été.

LIÈGE

A Namur, les maisons à louer sont rares mais les nombreux appartements neufs qui arrivent sur le marché locatif font de l'ombre aux logements plus anciens. A tel point que certains s'interrogent par rapport à une suroffre dans les années à venir.

NAMUR

Le stock d'appartements neufs mis en vente dans la capitale wallonne retrouve des couleurs. Il a doublé en quelques mois. L'offre à Gembloux et Andenne ne décolle pas. Les prix connaissent d'importantes fluctuations.

NAMUR

Le marché immobilier namurois s'est stabilisé ces 6 derniers mois, après une sacrée envolée des prix suite à la crise sanitaire et au confinement.

NAMUR

L'offre d'appartements neufs en Hainaut reste la plus importante de Wallonie. Mons et sa périphérie de même que Charleroi tirent leur épingle du jeu. Les prix sont en hausse de 4,5% en un an.

HAINAUT

Trois maisons hainuyères pour le prix d'une bâtisse bruxelloise moyenne. Le Hainaut présente le marché immobilier le moins onéreux, même si, ici comme partout ailleurs, les prix affichent à la hausse.

HAINAUT

Le phénomène n'est pas neuf, mais la crise économique et sanitaire l'a exacerbé. A Arlon, le marché locatif est en plein boom: il attire les travailleurs frontaliers, les expatriés mais aussi les Luxembourgeois qui ne savent plus payer les loyers du Grand-Duché. Conséquence, les prix flambent, se calquent sur le marché voisin, et les travailleurs arlonais ont de plus en plus de mal à se loger dans leur ville.

LUXEMBOURG

Le coup de mou observé à Arlon en termes d'appartements neufs mis en vente est compensé par l'apparition de nombreuses promotions à Bastogne, Libramont et Marche-en Famenne. Les prix connaissent d'importantes hausses.

LUXEMBOURG

Les prix de l'immobilier luxembourgeois se sont envolés durant l'année 2020, tant sur le segment des maisons que celui des appartements. La hausse s'est maintenue ces derniers six mois, mais de manière nettement plus modérée.

LUXEMBOURG

Louvain préfigure-t-elle l'avenir du marché du logement en Flandre? C'est-à-dire un marché avec un immobilier toujours plus cher, et une proportion de locataires bien plus large.

BRABANT FLAMAND

Le marché de la location à Bruges tient le haut du pavé, selon les normes de Flandre-Occidentale, mais souffre d'un manque de dynamique urbaine. A-t-il encore une marge de croissance? Les loyers brugeois sont-il déjà trop élevés?

FLANDRE-OCCIDENTALE

Les appartements et les maisons ont enchéri en Flandre-Occidentale mais l'ampleur de la hausse des prix est moindre que dans les autres provinces flamandes. Le coût des terrains à bâtir tombe en dessous du niveau du début de l'année.

FLANDRE-OCCIDENTALE