Le Conseil d'Etat a suspendu 17 licences d'exportation d'armes à destination de l'Arabie saoudite, accordées en décembre par le gouvernement wallon. Il estime, dans son arrêt, que ces licences n'étaient pas " adéquatement motivées quant au risque manifeste que la technol...

Le Conseil d'Etat a suspendu 17 licences d'exportation d'armes à destination de l'Arabie saoudite, accordées en décembre par le gouvernement wallon. Il estime, dans son arrêt, que ces licences n'étaient pas " adéquatement motivées quant au risque manifeste que la technologie ou les équipements militaires dont l'exportation est envisagée servent à commettre des violations graves du droit humanitaire international au Yémen ". Le matériel devait être livré par les sociétés Mecar, FN Herstal et John Cockerill. Interrogé le mois dernier au Parlement wallon, le ministre-président Elio Di Rupo avait assuré que ces licences concernaient des équipements destinés à la garde royale d'Arabie saoudite afin de " protéger les membres de la famille royale et les sites emblématiques ainsi que les frontières saoudiennes " et qui ne devaient donc pas " servir à l'extérieur des frontières du pays ". " J'ai refusé et continuerai à refuser toute exportation à l'aviation militaire saoudienne, dont les interventions au Yémen ont été fréquentes ", ajoutait Elio Di Rupo. Les licences concernent des véhicules terrestres, des munitions, des dispositifs de réglage de fusées et des armes à canon lisse. Le ministre-président a dit " prendre acte " de l'arrêt du Conseil d'Etat. Il va maintenant l'analyser en vue d'éventuellement prendre des " mesures spécifiques ".