En roulant intelligemment, vous pouvez faire de sérieuses économies. Selon DrivOlution, une société qui conseille et accompagne les conducteurs, un changement durable d'attitude peut même donner lieu à une réduction de 15 % de la consommation de carburant. La diminution des émissions de CO2 et des sinistres sont d'autres atouts majeurs de l'" eco-driving ".
...

En roulant intelligemment, vous pouvez faire de sérieuses économies. Selon DrivOlution, une société qui conseille et accompagne les conducteurs, un changement durable d'attitude peut même donner lieu à une réduction de 15 % de la consommation de carburant. La diminution des émissions de CO2 et des sinistres sont d'autres atouts majeurs de l'" eco-driving ". Vous pouvez envisager d'utiliser un outil ou une application à cette fin. Le logiciel intégré analyse entre autres votre comportement au volant et vos pleins de carburant. " Une conduite agressive, des freinages brusques, des accélérations rapides ou encore le fait de laisser le moteur tourner à l'arrêt : tous ces paramètres sont enregistrés, explique Stijn Stragier de GeoDynamics, une entreprise qui commercialise de tels logiciels. En fonction de tous ces éléments, vous obtenez un score objectif. " Dans le cadre d'une gestion durable de la flotte, de plus en plus d'employeurs utilisent ce type d'outils pour sensibiliser leurs collaborateurs à l'importance du comportement au volant. Le groupe Carglass par exemple propose une application semblable à ses travailleurs. " Au départ, certains étaient parfois très surpris des résultats, confie le responsable de la flotte, Ronny van den Driesch. Mais après un petit temps, nous avons pu observer que nos collaborateurs ont adopté une conduite nettement plus responsable. " Certains outils tiennent également compte des excès de vitesse et des sinistres. Souvent, les données des cartes essence peuvent aussi être importées et mises en relation avec les distances parcourues. L'employeur ou le responsable de la division concernée peut analyser les scores attribués aux différents conducteurs, effectuer des comparaisons et récompenser les bons comportements. Généralement, une plateforme est prévue afin de permettre une communication à ce sujet et ainsi renforcer l'implication des membres du personnel. Combien peut-on espérer économiser grâce à ce type d'outil ? Steve Tambuyser, product manager chez RAM Mobile Data, a fait lui-même le test. Chaque année, il roule plus de 60.000 kilomètres avec sa BMW 3. D'après le constructeur automobile, son véhicule consomme seulement 4,1 litres/100 km sur autoroute. La consommation combinée (moyenne pour la circulation en ville et sur autoroute) s'élève, selon le mode d'emploi, à 4,6 litres/100 km. " Je suis directement parti du principe que ces chiffres n'étaient pas réalistes ", affirme Steve Tambuyser. Les récents scandales des logiciels trafiqués n'avaient fait que renforcer ses soupçons. Au début du test, il avait un style de conduite assez sportif. C'est d'ailleurs ce qui est ressorti d'une première analyse de son comportement au volant : la consommation moyenne de carburant était d'environ 7 litres pour 100 kilomètres. Rien d'anormal, pensait-il alors. En vue d'améliorer son style de conduite, Steve Tambuyser a dans un premier temps décidé de ne plus rouler trop vite, mais pas trop lentement non plus. " 120, c'est 120, et pas 100, commente-t-il. Les premiers jours, j'étais un peu perdu. C'était un peu comme une désintoxication. Mais en dépit du fait que cela me paraissait très lent au début, je remarquais finalement peu de différence au niveau des temps de trajet. De plus, j'étais plus calme et moins stressé en conduisant. " Après avoir respecté scrupuleusement les limitations de vitesse pendant quelques mois, sa consommation moyenne est passée de 7 à 5,2 litres/100 km. " Ce qui représente une économie de 25 %, souligne Steve Tambuyser. De cette manière, je consomme environ 1.000 litres de carburant en moins sur une base annuelle, ce qui me fait économiser plus de 1.200 euros. Mes émissions de CO2 ont également baissé de 2,6 tonnes par an. " L'étape suivante consistait à optimaliser le comportement au volant en se concentrant sur les autres données relevées. Il s'agit plus précisément du moment où l'on change les vitesses, des accélérations et des freinages, de l'attitude dans les virages et de la conduite défensive. Au final, tout cela a entraîné une diminution de la consommation de carburant jusqu'à 4,9 litres/100 km. " Et cerise sur le gâteau, j'ai réussi à atteindre le résultat officiel de BMW sur la voie publique, se réjouit Steve Tambuyser. Un trajet de 137 km, dont 90 % sur autoroute, aux heures de pointe du soir a donné lieu à une consommation de 4,2 litres/100 km. Grâce au simple fait d'avoir mesuré et visualisé mon comportement au volant, je gaspille donc aujourd'hui 40 % de carburant en moins qu'il y a quelques mois. " ROEL VAN ESPEN