Le grand acteur du secteur des engins agricoles est à la moitié de son exercice 2016-2017 (clôture le 30/10). Et il est déjà parvenu à briller : pour la première fois depuis le premier trimestre 2012-2013, le groupe a renoué avec une croissance de son chiffre d'affaires (CA) sur une base annuelle. Cette " primeur " a permis un rebond de son cours de plus de 7 % et pour la première fois, le titre a clôturé au-delà des 120 dollars, alors qu'il n'avait dépassé le cap des 100 dollars qu'à la fin de l'an dernier. Le deuxième trimestre de l'exercice 2016-2017 s'est clôturé sur un CA en hausse de 5 %, à 8,29 milliards de dollars, contre encore 7,87 milliards de dollars au cours de la pério...

Le grand acteur du secteur des engins agricoles est à la moitié de son exercice 2016-2017 (clôture le 30/10). Et il est déjà parvenu à briller : pour la première fois depuis le premier trimestre 2012-2013, le groupe a renoué avec une croissance de son chiffre d'affaires (CA) sur une base annuelle. Cette " primeur " a permis un rebond de son cours de plus de 7 % et pour la première fois, le titre a clôturé au-delà des 120 dollars, alors qu'il n'avait dépassé le cap des 100 dollars qu'à la fin de l'an dernier. Le deuxième trimestre de l'exercice 2016-2017 s'est clôturé sur un CA en hausse de 5 %, à 8,29 milliards de dollars, contre encore 7,87 milliards de dollars au cours de la période février-avril 2017. Le résultat opérationnel (EBIT) s'est accru de pas moins de 50 %, à 1,27 milliard de dollars, contre 848 millions au cours de la même période l'an dernier. Cela dit, la surprise agréable tient plutôt à la progression de 63 % du bénéfice opérationnel des activités agricoles " pures ". Par action, le bénéfice est ressorti à 2,49 dollars, contre 1,56 dollar au deuxième trimestre 2015-2016. Les prévisions moyennes des analystes s'établissaient à peine à 1,68 dollar par action. Cela fait déjà 18 trimestres consécutifs que Deere parvient à dépasser le consensus en termes de bénéfice par action. Il y a six mois, la direction affirmait encore que son résultat net 2016-2017 s'élèverait à 1,4 milliard de dollars, par rapport à un consensus de 1,21 milliard de dollars. Après le solide deuxième trimestre, le groupe a revu ses prévisions à la hausse, à 2 milliards de dollars, soit le meilleur exercice depuis 2013-2014. Les prévisions moyennes de CA des analystes pour l'année en cours ressortent à 25 milliards de dollars. L'entreprise a été fondée en 1837 par John Deere. Ce forgeron avait eu l'idée de se lancer dans la production de masse de la charrue qu'il avait développée. Plus de 175 ans plus tard, ses engins agricoles et notamment les tracteurs vert et jaune portant le cerf comme symbole sont reconnaissables dans le monde entier. L'an dernier, Deere a tiré 69,4 % de son CA des activités agricoles. Le solde provient des matériaux pour la sylviculture. Le groupe a aussi une branche financière, concentrée sur la location et le leasing d'engins agricoles principalement. Ce pourcentage est appelé à baisser lorsque le groupe aura finalisé la plus importante acquisition de son histoire. Il a en effet mis sur la table 5,2 milliards de dollars (4,6 milliards d'euros) pour l'achat du groupe allemand Wirtgen Group. Les Allemands sont actifs dans plus de cent pays et spécialisés dans les équipements pour travaux routiers, le mélange d'asphalte, etc. Deere devient donc également un acteur déterminant dans la construction routière, dans une tentative de réduire sa dépendance à l'activité agricole, hautement cyclique. Deere a une fois de plus surpris agréablement avec son résultat. Cette première augmentation du CA en plusieurs années a été accueillie très positivement. L'action n'est plus bon marché, à un cours sur bénéfice de 21,5 et un rapport entre la valeur d'entreprise (EV) et le cash-flow opérationnel (EBITDA) supérieur à 3,5. L'acquisition de Wirtgen est par ailleurs positive. Il existe cependant dans le secteur agricole des actions moins chères. Conseil : conserver/attendre Risque : moyen Rating : 2B Paru sur initiedelabourse.be le 7 juin L'acquisition de Wirtgen Group est la plus chère de l'histoire de Deere.