Les reprises postpandémie vont produire une forte augmentation des taux de croissance mondiaux et parfois régionaux, mais aucun des grands pays ne va croître suffisamment pour entrer dans le top 10. Au lieu de cela, cette liste est dominée par de petits Etats, pour moitié des économies insulaires qui comptent sur le retour des vacanciers.
...

Les reprises postpandémie vont produire une forte augmentation des taux de croissance mondiaux et parfois régionaux, mais aucun des grands pays ne va croître suffisamment pour entrer dans le top 10. Au lieu de cela, cette liste est dominée par de petits Etats, pour moitié des économies insulaires qui comptent sur le retour des vacanciers. Le taux de croissance record de Macao (35%) ne va compenser que partiellement l'effondrement catastrophique du tourisme et des jeux d'argent, l'économie du territoire s'étant contractée des deux tiers à la suite de la pandémie. Les confinements ont anéanti le tourisme dans les îles Vierges britanniques, à Saint-Martin, Antigua-et- Barbuda, Sainte-Lucie et aux Maldives, si bien que les taux de croissance impressionnants de 2021 ne correspondront qu'à un rebond partiel de l'activité. Les autres pays du palmarès sont tous des cas particuliers. Les forts taux de croissance de la Libye reflètent une modeste reprise par rapport à une catastrophe, en l'occurrence la guerre civile, ce qui se traduit par une importante hausse de la production pétrolière. L'économie albanaise a elle-même été très touchée par le Covid-19, ainsi que par la contagion de la grave récession de l'Italie, partenaire commercial essentiel pour l'Albanie, mais celle-ci va regagner le terrain perdu en 2020. Le Guyana fait ici figure d'exception car il n'a guère été affecté par le virus. Au lieu de cela, il bénéficie de l'exploitation de ses ressources pétrolières offshore. Le plus grand pays du palmarès, le Pérou, va profiter des hausses de la production et du prix du cuivre.