Avec une croissance du chiffre d'affaires (CA) de 4,1 % sur l'exercice 2016, le producteur flamand de systèmes en PVC pour fenêtres et portes a largement satisfait aux prévisions. Une prestation d'autant plus notable que les écarts de change étaient négatifs. À cours de change constant, on note une augmentation du CA de 8,5 %, à 670,9 millions d'euros, ou plus précisément : 3,6 % de hausse des volumes, 4,9 % de hausse des prix, une amélioration du mix de produits et -4,4 % d'effets de change.
...

Avec une croissance du chiffre d'affaires (CA) de 4,1 % sur l'exercice 2016, le producteur flamand de systèmes en PVC pour fenêtres et portes a largement satisfait aux prévisions. Une prestation d'autant plus notable que les écarts de change étaient négatifs. À cours de change constant, on note une augmentation du CA de 8,5 %, à 670,9 millions d'euros, ou plus précisément : 3,6 % de hausse des volumes, 4,9 % de hausse des prix, une amélioration du mix de produits et -4,4 % d'effets de change. Comme souvent ces dernières années, pour ce qui a trait aux prestations, on note un écart important entre les différentes régions. La Turquie et les autres pays émergents continuent de très bien progresser (hausse du CA de 10,8 %, à 214 millions d'euros). L'Amérique du Nord aussi poursuit son parcours positif (+6,6 %, à 118,6 millions d'euros) en 2016. Le redressement sur les marchés domestiques en Europe occidentale s'est affaibli dans le courant de l'année, pour se traduire finalement par une hausse du CA (+3,5 %, à 176,5 millions d'euros) pour l'ensemble de 2016. L'effet négatif du Brexit sur la confiance des consommateurs est clairement ressenti, et la chute de la livre a coûté au groupe quelque 3,5 millions d'euros de CA. Les évolutions en Europe centrale et de l'Est sont moins réjouissantes, avec un repli du CA de 4,7 %, à 161,8 millions d'euros. Le recul en Russie préoccupe toujours, même s'il découle notamment de la stratégie visant à extraire progressivement de l'assortiment les produits dégageant des marges inférieures. C'est l'un des accents stratégiques placés manifestement par le nouveau CEO Francis Van Eeckhout. Par le biais du holding Gramo BVBA, il est également le premier actionnaire de Deceuninck, avec plus d'un quart des actions en mains. Van Eeckhout est entré dans le capital de l'entreprise lors d'une augmentation de capital réalisée dans le cadre de l'acquisition de Pimas, le pionnier des systèmes de fenêtres en PVC en Turquie, actif sous la marque Pimapen. Pimapen est le nom le plus connu pour les fenêtres de qualité en Turquie. Deceuninck faisait déjà office de " tête de pont " entre l'Europe et l'Asie depuis une quinzaine d'années, non sans succès. Ensemble, Deceuninck et Pimas sont numéro un en Turquie, un marché des fenêtres en PVC qui recèle encore un fort potentiel de croissance pour les décennies à venir. Un autre accent est placé sur l'accroissement de la rentabilité. L'an dernier, la hausse du CA de 4,1 % a donné lieu à une augmentation de 16,5 % du cash-flow opérationnel récurrent (REBITDA) ou une hausse de la marge de REBITDA de 8,7 à 9,7 %. Le bénéfice net s'est hissé de 13,3 à 21 millions d'euros (+57,1 %). Les prochaines années, les investissements consentis par Van Eeckhout devront porter leurs fruits. Une nouvelle usine a déjà été inaugurée sur la Côte ouest des États-Unis. Une autre sera aussi ouverte en Turquie (Menemen), qui intégrera l'usine de Gebze. L'action Deceuninck est correctement valorisée, à 1,15 fois la valeur comptable, 15 fois le bénéfice attendu pour 2017 et un rapport entre la valeur d'entreprise et l'EBITDA proche de 6,5 pour cette année. Selon nous, la croissance surprendra agréablement lorsque les investissements arriveront à leur rythme de croisière. C'est pourquoi nous avons récemment pris le titre en Sélection. Conseil : digne d'achat Risque : moyen Rating : 1B Paru sur initiedelabourse.be le 8 mars LA RÉORIENTATION STRATÉGIQUE PORTERA SES FRUITS DANS QUELQUES ANNÉES.