A sa sortie de l'Institut d'Administration et de Gestion de l'UCL en l'an 2000, Tanguy Cartuyvels n'est pas parti chez l'un des Big Four de la consultance et de l'audit comme bon nombre de ses collègues diplômés. " C'est une option respectable mais on n'y met pas assez les mains dans le cambouis, explique ce passionné d'escalade en montagne. Moi, ce qui m'...

A sa sortie de l'Institut d'Administration et de Gestion de l'UCL en l'an 2000, Tanguy Cartuyvels n'est pas parti chez l'un des Big Four de la consultance et de l'audit comme bon nombre de ses collègues diplômés. " C'est une option respectable mais on n'y met pas assez les mains dans le cambouis, explique ce passionné d'escalade en montagne. Moi, ce qui m'intéressait, c'était de mettre les choses en pratique. " Pendant 15 ans, il les mettra, de fait, en pratique dans le monde des Fast Moving Consumer Goods (FMCG). Respectivement chez Beiersdorf, Campbell Food Belgium et Unilever où, ces trois dernières années, il occupait la fonction de directeur marketing food. " J'y ai fait de la vente et du marketing. La vente, ce n'est pas vraiment ma tasse de thé mais j'y ai beaucoup appris. Un bon complément pour mon expérience. J'ai eu la chance de travailler avec des patrons qui m'ont tiré vers le haut et dans des équipes qui m'ont fait grandir. Une carrière ne se bâtit pas tout seul. " Contacté par un chasseur de têtes, Tanguy Cartuyvels a fini par quitter les FMCG - " J'ai rencontré chez Unilever des valeurs exceptionnelles " - pour changer complètement d'univers. " Manger le même plat dans une autre crèmerie ne m'intéressait pas du tout, précise-t-il. Il me semble arriver dans un domaine où beaucoup reste à faire. Mes discussions avec Bernard Gustin - CEO de la compagnie aérienne - m'ont convaincu que, chez Brussels Airlines, le marketing joue un rôle plus central qu'ailleurs. Afin de s'assurer que notre marque soit forte, aussi au-delà des frontières belges, nous devons davantage parler de ce que nous faisons différemment des autres. C'est un vrai beau défi dans un milieu très compétitif. Et puis, j'aime bien l'idée que le monde aérien continue à vendre du rêve... " Xavier Beghin