Le graphique des cours de nombreuses sociétés immobilières réglementées est spectaculaire. La valeur boursière du groupe logistique WDP, par exemple, a quasi triplé en plus de cinq ans. Un exploit pour une entreprise dont les activités sont assez banales somme toute. L'achat d'immeubles et l'encaissem...

Le graphique des cours de nombreuses sociétés immobilières réglementées est spectaculaire. La valeur boursière du groupe logistique WDP, par exemple, a quasi triplé en plus de cinq ans. Un exploit pour une entreprise dont les activités sont assez banales somme toute. L'achat d'immeubles et l'encaissement des loyers ne sont en rien comparables aux activités d'une société de la Silicon Valley. La hausse des cours boursiers est telle que la plupart des SIR sont nettement surcotées par rapport à leur valeur d'actif net, l'évaluation objective de la valeur intrinsèque du portefeuille calculée chaque trimestre. Cinq actions cotent même avec une prime de plus de 40 %. Autrement dit, l'investisseur est disposé à payer 140 voire plus pour une collection de pierres dont la valeur est estimée à 100. " Je ne suis pas sûr que ces primes soient justifiées, estime Gregory Swolfs, spécialiste des actions immobilières chez Capfi Delen. Même si certaines entreprises connaissent une croissance spectaculaire, l'investisseur a intérêt à se montrer prudent et à analyser soigneusement tous les paramètres : taux d'occupation, niveau d'endettement, négociabilité de l'action, trackrecord des gestionnaires, durée des baux, type de locataires. " " Les évaluations ont déjà été moins flatteuses, indique pour sa part Frank Vranken, chief strategist chez Puilaetco Dewaay, non sans une pointe d'ironie. Mais étant donné les faibles taux d'intérêt, le rendement de dividende des groupes immobiliers reste très attractif. "