En cas d'embauche, les entreprises pourront à nouveau bénéficier d'une période d'essai pour vérifier si le
...

En cas d'embauche, les entreprises pourront à nouveau bénéficier d'une période d'essai pour vérifier si le nouveau travailleur convient ou non. Une telle période existait déjà auparavant mais avait été supprimée en janvier 2014 lors de l'unification des statuts d'ouvrier et d'employé. Or, les PME revendiquaient un droit à l'erreur lors d'une embauche. Après avoir laissé les partenaires sociaux discuter du sujet et échouer, le gouvernement fédéral a décidé de légiférer seul et de réviser le système. Désormais, les travailleurs qui ne conviennent pas garderont un préavis mais celui-ci sera très court : une semaine de salaire jusqu'à trois mois d'ancienneté ; trois semaines de salaire jusqu'à quatre mois ; quatre semaines de salaire jusqu'à cinq mois ; et enfin cinq semaines de salaire jusqu'à six mois. Par Jean-Christophe de Wasseige