La pandémie n'a pas ralenti l'innovation. Le dernier Patent Index de l'Office européen des brevets indique en effet que les inventeurs belges ont déposé l'an dernier 2.485 demandes de brevets, soit une augmentation de 3,3% et le niveau le plus élevé jamais atteint. Rapporté à la population, c'est le hu...

La pandémie n'a pas ralenti l'innovation. Le dernier Patent Index de l'Office européen des brevets indique en effet que les inventeurs belges ont déposé l'an dernier 2.485 demandes de brevets, soit une augmentation de 3,3% et le niveau le plus élevé jamais atteint. Rapporté à la population, c'est le huitième résultat planétaire. La première place est occupée par la Suisse, devant la Suède et le Danemark. Le secteur des sciences du vivant (pharmacie, biotechnologies et dispositifs médicaux) fournit plus de 20% des demandes de brevets de l'industrie belge. Des fortes croissances sont également enregistrées dans les secteurs des matériaux, de la métallurgie et des transports. L'entreprise belge la plus prolifique est Solvay, avec 276 demandes de brevets. Viennent ensuite l'Imec (le centre de recherche louvaniste, qui doit être l'un des acteurs phares des futures productions européennes de semi-conducteurs) et Umicore. Dans le top 10, on trouve la KULeuven et les universités de Gand et d'Anvers mais aucune université francophone. Globalement, le secteur des communications numériques arrive en tête des demandes transmises à l'Office européen des brevets. En y ajoutant l'informatique, on atteint les 30.000 demandes de brevets, avec une croissance de plus de 9% par rapport à 2020. On ne sera donc pas surpris d'apprendre que les plus gros demandeurs de brevets sont Huawei, Samsung et LG. Les secteurs de la pharmacie et de l'énergie enregistrent aussi de belles progressions de demandes de brevets.