Un vieux dossier ressort des cartons : l'Union wallonne des entreprises et les Chambres de commerce wallonnes ont annoncé le lancement d'une " réflexion " sur l'éventualité d'un rapprochement entre les deux instances. L'objectif est de rationaliser la représentation patronale, afin de peser plus lourdemen...

Un vieux dossier ressort des cartons : l'Union wallonne des entreprises et les Chambres de commerce wallonnes ont annoncé le lancement d'une " réflexion " sur l'éventualité d'un rapprochement entre les deux instances. L'objectif est de rationaliser la représentation patronale, afin de peser plus lourdement sur l'agenda politique wallon. L'exemple vient ici de Flandre où les instances équivalentes ont fusionné au début des années 2000 pour créer le Voka. " Pour être offensif, il faut disposer d'un bon matelas, d'une base solide, expliquait Hans Maertens, administrateur délégué du Voka, dans nos colonnes il y a quelques mois. Nous représentons 18.000 entreprises, de toutes les tailles et de tous les secteurs. Cela nous donne une vraie force de frappe, un atout à ne pas sous-estimer dans les discussions avec le monde politique. " Le rapprochement fait sens. Les six Chambres de commerce et d'industrie (Luxembourg, Liège-Namur, Eupen, Brabant wallon, Hainaut et Wallonie picarde) apportent la décentralisation et la proximité qui manquent à l'UWE. Et celle-ci pourrait, grâce aux CCI, mieux faire rayonner l'expertise de ses équipes au profit de l'ensemble des entreprises, quelles que soient leurs tailles. Elargir la base permettrait, en outre, à l'UWE de sortir de l'emprise des fédérations sectorielles. On comprend dès lors que tant Philippe Suinen, président de la CCI wallonne, qu'Olivier de Wasseige, administrateur délégué de l'UWE, insistent sur les " complémentarités naturelles " entre les deux organisations.