En raison de la crise sanitaire, la trésorerie de nombreuses entreprises est à sec. Comment, dans ces conditions, renouveler sa collection ou regarnir son frigo? Dans le non-alimentaire, plus de six entreprises sur d...

En raison de la crise sanitaire, la trésorerie de nombreuses entreprises est à sec. Comment, dans ces conditions, renouveler sa collection ou regarnir son frigo? Dans le non-alimentaire, plus de six entreprises sur dix - et dans l'horeca, plus de huit entreprises sur dix - affirment ne pouvoir y parvenir sans aide extérieure et cela d'autant plus que les fournisseurs, confrontés aux mêmes problèmes de liquidité, répugnent à accorder le moindre délai de paiement. Pour leur venir en aide, le gouvernement flamand a prévu une vigoureuse bouffée d'oxygène sous la forme de prêts à 1%, remboursables en deux ou trois ans selon leur montant. Pour les prêts en deçà de 50.000 euros, 80% du montant emprunté pourra être affecté à l'achat de marchandises destinées à la relance. Au-delà de ce montant, le pourcentage autorisé tombe à 50%. Dans un cas comme dans l'autre, le remboursement ne devra commencer qu'à partir du 12e mois. Généreux, ces prêts n'en sont pas pour autant inconditionnels. Pour en bénéficier, il faut notamment avoir été en bonne santé financière avant la crise.