Depuis 2015, Alexander De Croo, ministre des Télécommunications, entend placer la Belgique parmi les pionniers dans le déploiement de la technologie ultra-rapide 5G permettant de surfer hyper rapidement en mobile. Aussi, à sa demande, l'IBPT vient de lancer une consultation sur les arrêtés royaux r...

Depuis 2015, Alexander De Croo, ministre des Télécommunications, entend placer la Belgique parmi les pionniers dans le déploiement de la technologie ultra-rapide 5G permettant de surfer hyper rapidement en mobile. Aussi, à sa demande, l'IBPT vient de lancer une consultation sur les arrêtés royaux régissant les licences des opérateurs mobiles. Cela concerne à la fois le renouvellement des licences 2G et 3G qui s'arrêtent en 2021, mais également la procédure d'attribution des fréquences 5G par l'intermédiaire d'enchères. Une méthode qui doit non seulement permettre de ramener de belles sommes dans les caisses de l'Etat mais aussi assurer la concurrence avec l'espoir affiché de voir apparaître un nouvel entrant sur le marché du mobile. Ce qui serait plutôt étonnant mais permettrait de redynamiser un secteur en phase de concentration. Les premières estimations évaluent à 679 millions d'euros le montant que rapporteraient les enchères pour les nouvelles fréquences dédiées à la 5G, dont on attend les premiers développements européens d'ici 2020. A titre de comparaison, les fréquences 4G avaient rapporté 360 millions pour une durée de 20 ans. Quant au renouvellement des fréquences 2G et 3G, deux scénarios auront lieu. Les parties de ces fréquences déjà aux mains des opérateurs (Proximus, Telenet et Orange) seront renouvelées sur simple demande. Les parties non attribuées seront mises aux enchères avec l'espoir d'obtenir jusque 439 millions... si des acteurs se manifestent. C.C.