Le vendredi 9 juin, les investisseurs en actions ont reçu un nouveau signal laissant présager une correction d'été/d'automne en Bourse. Presque sans crier gare, des stars du secteur technologique (lire l'analyse approfondie de la semaine dernière) comme Apple et Facebook ont subi une " mini " correction de quelques pour cent. La situation s'est stabilisée assez vite la semaine dernière, mais ces quelques vagues pourraient être annonciatrices d'une période plus tumultueuse en Bourse.
...

Le vendredi 9 juin, les investisseurs en actions ont reçu un nouveau signal laissant présager une correction d'été/d'automne en Bourse. Presque sans crier gare, des stars du secteur technologique (lire l'analyse approfondie de la semaine dernière) comme Apple et Facebook ont subi une " mini " correction de quelques pour cent. La situation s'est stabilisée assez vite la semaine dernière, mais ces quelques vagues pourraient être annonciatrices d'une période plus tumultueuse en Bourse. Pour ce qui concerne le portefeuille modèle, nous nous devons dès lors d'être cohérents. L'action de Novo Nordisk, le numéro un mondial dans le traitement du diabète et de l'obésité, a beaucoup déçu l'an dernier, jusqu'au retournement de tendance intervenu après la publication de ses résultats du premier trimestre, lesquels ont dépassé les attentes. Ils ont été récompensés par une hausse du cours de près de 7 % le jour même. Quel contraste avec les trimestres précédents ! Car les Danois avaient pris la mauvaise habitude de ne pas satisfaire aux prévisions des analystes et de tempérer les attentes. Parmi les belles surprises, citons la hausse de 10 % du bénéfice opérationnel (EBIT), à 13,49 milliards de couronnes danoises (DKK). Ce qui implique une hausse de la marge d'EBIT de 45,2 à 47,4 %. Le directeur (CEO) Lars Fruergaard Jorgensen, en fonction depuis le 1er janvier dernier, n'a pas manqué son départ. Il renforce le contrôle des coûts pour rétablir la rentabilité. Le bénéfice par action a progressé de 3,71 à 4,06 DKK, soit une ascension de 9 %. Novo Nordisk, qui fait ainsi nettement mieux que la moyenne du secteur, a légèrement relevé ses prévisions. L'entreprise table sur une croissance du chiffre d'affaires de 1 à 4 % et une augmentation de l'EBIT de 0 à 4 % en couronnes danoises. Cependant, la hausse du cours, désormais de quelque 25 %, a surtout porté la valorisation à un niveau qui n'est plus aussi attrayant qu'au début de cette année. Le rapport valeur d'entreprise (EV)/cash-flows opérationnels (EBITDA) attendu pour cette année atteint désormais 13,5, et l'action se négocie à près de 20 fois le bénéfice attendu. Comme nous souhaitons constituer une position de liquidités, nous ramenons la note à " conserver/attendre " (2B) et fixons une limite de vente pour les actions Novo-Nordisk ADR. Si les économies européennes paraissaient clairement en phase de reprise dès le début de l'année, les investisseurs internationaux ont d'abord privilégié la prudence. " Buy Europe " n'est devenu leur devise qu'après que les Pays-Bas et la France ont stoppé l'avancée du populisme. De plus, l'année avait commencé sur fond de graves problèmes concernant les banques italiennes. Tous n'ont pas été résolus, mais les actions bancaires européennes, aux valorisations alléchantes, ont été très prisées ces derniers mois. En témoigne la hausse du tracker iShares Stoxx600 Banks, qui réplique les actions bancaires de l'indice sectoriel Stoxx600 Banks et affiche un gain deux fois plus élevé que les indices généraux européens au premier trimestre 2017. La faillite à laquelle a échappé de justesse la Banco Popular espagnole (grâce à Banco Santander) montre qu'il subsiste quelques " pommes pourries " parmi les banques européennes. De plus, les actions bancaires sont particulièrement sensibles à un repli général du marché. Nous profitons par conséquent du beau parcours accompli pour acter (au moins en partie) nos bénéfices : nous plaçons une limite de vente pour la moitié de notre position dans ce tracker. Et abaissons donc la note à " conserver/attendre " (2B). Une attitude plus prudente vis-à-vis de la Bourse en général ne signifie pas que nous soyons fermés à toute nouvelle position ou au renforcement de positions existantes. C'est ce que nous faisons avec Mithra Pharmaceuticals. La très prometteuse entreprise biotechnologique liégeoise figure parmi nos actions favorites pour le deuxième semestre (lire en pages 2-4) et fait l'objet d'une présentation détaillée dans la rubrique Actions (lire en page 7). Nous pensons que l'action a été ignorée à tort et que la tendance pourrait totalement s'inverser au cours des six à douze prochains mois. Nous renforçons dès lors notre position, sachant que les actions biotechnologiques comportent toujours un risque supérieur à la moyenne. Même si leur trajectoire paraît prometteuse. Paru sur initiedelabourse.be le 20 juinLe potentiel de Mithra Pharmaceuticals est totalement ignoré.