Quand on parle du développement de start-up en Wallonie, Liège apparaît souvent comme une place qui compte avec, notamment, Leansquare ou le VentureLab. Mais le Hainaut compte aussi s'imposer comme une place numérique. Aussi, l'accélérateur de start-up Digital Attraxion, constitué à l'initiative de Sambrinvest, entend attirer dans la région des jeunes pousses innovantes. Comment ? Grâce à MoveUP, une nouvelle initiative que ses initiateurs qualifient de programme " le plus complet d'Europe ". Concrètement, il s'agit de sélectionner une dizaine de start-up sur une thématique particulière (les Smart Cities pour cette première édition) et de les installer toutes du...

Quand on parle du développement de start-up en Wallonie, Liège apparaît souvent comme une place qui compte avec, notamment, Leansquare ou le VentureLab. Mais le Hainaut compte aussi s'imposer comme une place numérique. Aussi, l'accélérateur de start-up Digital Attraxion, constitué à l'initiative de Sambrinvest, entend attirer dans la région des jeunes pousses innovantes. Comment ? Grâce à MoveUP, une nouvelle initiative que ses initiateurs qualifient de programme " le plus complet d'Europe ". Concrètement, il s'agit de sélectionner une dizaine de start-up sur une thématique particulière (les Smart Cities pour cette première édition) et de les installer toutes durant cinq mois dans un même endroit, le Negundo à Tournai. Durant cette période, les 10 projets admis devront passer quatre " challenges " : le développement produit, l'acquisition clients, les pistes de financement et la détection de clients internationaux. Durant ce processus intensif, les start-up seront entourées des coachs de Digital Attraxion bien sûr, mais aussi d'entreprises corporate en lien avec la thématique. C'est ce qui doit faire la spécificité du programme : l'implication de grosses entreprises dès la sélection des start-up. On parle ici d'Alstom, de Transport Fockedey, de Technord ou de Brussels South Charleroi. L'idée est bien qu'elles deviennent, à terme, partenaires (commerciaux, financiers, techniques) ou clientes de ces jeunes pousses. Les 10 heureuses start-up sélectionnées seront prises en charges financièrement : " pour qu'elles puissent se concentrer pendant cinq mois sur leur projet, détaille Denys Bornauw, directeur corporate relationship de Digital Attraxion. Nous leur attribuerons un mini-salaire, prendrons en charge leurs frais de logement ou les déplacements à l'étranger car nous allons les amener sur des foires et salons internationaux en lien avec la thématique du programme, etc. " Concrètement, il s'agira d'un prêt convertible pouvant aller jusqu'à 100.000 euros par jeune pousse. Soit un budget total de 1 million d'euros pour cette première édition de MoveUP. Ce programme d'accélération est ouvert à toutes les start-up. Pas uniquement des Belges, aussi des entreprises étrangères. Etonnant ? Pour Denys Bornauw, " la mission de Digital Attraxion consiste à faire connaître le Hainaut comme un territoire digital, argumente-t-il. Faire rayonner le Hainaut passe par ce genre d'initiative qui peut amener ici des start-up qui cherchent un endroit et trouvent que la thématique d'expertise est intéressante ici. " Selon le responsable, des start-up qui auront développé des partenariats ou trouvé des clients en Hainaut au travers de MoveUP pourraient être intéressées à s'y installer. A plus forte raison si les invests locaux décident de participer à leur premier tour de financement. Cette première opération de séduction du Hainaut pour les start-up devrait être suivie d'autres éditions du programme MoveUP. Probablement trois par an si tout se passe bien. Pour contenter chaque bastion local, les prochaines pourraient avoir lieu à Mons ou à Charleroi et porter, par exemple, sur l'industrie 4.0 ou le digital dans le médical. Pour l'instant rien n'est tranché. Digital Attraxion, qui se développe, lui aussi, en mode start-up, tirera les enseignements de ce premier programme d'accélération. Et " pivotera " le cas échéant. Christophe Charlot