Le philosophe suisse Jean-Charles Sismondi (1773 - 1842) écrivait au début du 19e siècle : " Il n'est pas avantageux de remplacer un homme par une machine si on ne peut lui trouver du travail ailleurs... Mieux vaut avoir une population de citoyens que de machines à vapeur ". Karl Marx, qui a pourtant beaucoup emprunté à Sismondi, le qualifiait de " socialiste petit-bourgeois " dans le Manifeste du parti communiste publié en1848, qu'il co-rédigea avec Friedrich Engels. Sismondi a encore écrit : " Ce n'est point contre les machines, ni contre les découvertes, que portent mes objections, c'est contre le type actuel d'organisation de la société qui conduit à un partage injuste des fruits du progrès ". C'est encore lui qui a suggéré que la mécanisation étant un bénéfice pour l'humanité tout entière, le travailleur remplacé par une machine devrait obtenir, à vie, une rente sur la richesse que la machine créera dorénavant à sa place.
...