La deuxième fois fut la bonne. Après un premier échec le 27 novembre dernier, le plan de restructuration de Proximus " Shift to Digital " a finalement été validé ce lundi....

La deuxième fois fut la bonne. Après un premier échec le 27 novembre dernier, le plan de restructuration de Proximus " Shift to Digital " a finalement été validé ce lundi. Deux syndicats sur trois (la CSC et le SLFP) ont finalement voté, en commission paritaire, en faveur du plan d'accompagnement qui, depuis le passage en force du conseil d'administration, avait été modifié : allongement de la période de mise à niveau du personnel, possibilité pour les plus de 58 ans de passer à mi-temps avec bonus salarial, etc. La direction a désormais les coudées franches pour mettre le plan à exécution. Celui-ci prévoit toujours 1.341 suppressions d'emploi pour quasiment autant d'embauches. Reste à savoir, en fonction de l'intérêt suscité par les offres de départ, combien de licenciements secs il engendrera. Les premiers départs devraient intervenir en mars.