Le géant des boissons non alcoolisées et des snacks PepsiCo (Pepsi, Lay's, Tropicana, Alvalle, Duyvis, etc.) a annoncé en début de semaine le rachat du spécialiste israélien de la gazéification de boissons à domicile SodaStream pour 3,2 milliards de dollars (2,8 milliards d'euros). Si le groupe confirme ainsi sa stratég...

Le géant des boissons non alcoolisées et des snacks PepsiCo (Pepsi, Lay's, Tropicana, Alvalle, Duyvis, etc.) a annoncé en début de semaine le rachat du spécialiste israélien de la gazéification de boissons à domicile SodaStream pour 3,2 milliards de dollars (2,8 milliards d'euros). Si le groupe confirme ainsi sa stratégie de diversi fication visant à se renforcer dans les produits plus diététiques et respectueux de l'environnement, il neutralise surtout une entreprise qui s'est toujours fait remarquer par ses campagnes publicitaires dans lesquelles elle attaquait de front Coca-Cola et Pepsi, incitant les consommateurs à préparer eux-mêmes leurs sodas en ajoutant une capsule de concentré d'arôme. Les deux groupes avaient toutefois déjà fait un pas l'un vers l'autre en 2014 lorsqu'ils avaient noué un partenariat prévoyant la commercialisation par SodaStream de concentrés de PepsiCo. Une réponse, en fait, à la stratégie de Coca-Cola. La firme d'Atlanta venait alors d'investir dans Keurig Green Mountain, un fabricant de machines à café à dosettes qui souhaitait se diversifier dans les machines à soda et eau gazeuse. PepsiCo compte verser en numéraire 144 dollars par action de SodaStream, soit une prime de 32 % par rapport au cours moyen du titre les 30 derniers jours. Financée par PepsiCo sur sa trésorerie, cette acquisition a été approuvée par les conseils d'administration des deux entreprises, mais elle doit encore faire l'objet d'un vote des actionnaires de SodaStream et recevoir le feu vert des autorités de la concurrence. Elle devrait du coup être finalisée d'ici janvier 2019.