Le Musée de la photographie de Charleroi n'est pas coutumier du second degré, la plupart de ses expos devant être lues comme diffusant du réel planétaire. Le cas du photographe Patrick Willocq, né à Strasbourg en 1969, ...

Le Musée de la photographie de Charleroi n'est pas coutumier du second degré, la plupart de ses expos devant être lues comme diffusant du réel planétaire. Le cas du photographe Patrick Willocq, né à Strasbourg en 1969, est un rien plus ambigu puisqu'il compose de véritables tableaux visuels, y mixant une forme d'imaginaire et de recréation poétique à de " vraies " photographies. Dans la série qu'il présente ici, il a donc dûment documenté la vie de deux sous-groupes du peuple Mongo/Bantou vivant au nord de la république démocratique du Congo et les a ensuite remis en scène. En particulier dans le rituel de la Walé, célébrant la maternité. Avec l'aide des communautés concernées, Willocq a construit de véritables décors de nattes, feuillages et bambous, des trompe-l'oeil " végétaux et bigarrés traversés d'avions et de bateaux, d'hommes volages et de femmes méchantes ". Ou comment, entre photographie documentaire et liberté de la bande dessinée, parler de la tradition tout en impliquant les sujets concernés.