Alan Cuartero, écrivain sans succès, vient de se faire larguer par sa compagne qui lui reproche, entre autres, de ne pas consacrer son talent à la littérature sérieuse. Chargé de "garder" la piscine de ses voisins partis en vacances, l'homme en profite pour s'installer sur leur accueillante terrasse et commencer l'écriture d'un grand roman "sérieux". Mais entre la diffi...

Alan Cuartero, écrivain sans succès, vient de se faire larguer par sa compagne qui lui reproche, entre autres, de ne pas consacrer son talent à la littérature sérieuse. Chargé de "garder" la piscine de ses voisins partis en vacances, l'homme en profite pour s'installer sur leur accueillante terrasse et commencer l'écriture d'un grand roman "sérieux". Mais entre la difficulté d'opérer un choix de sujet judicieux, le suicide de son ami d'enfance Marc qui le hante et les sollicitations de ses amis Jeanne et Florent qui veulent absolument lui trouver une nouvelle fiancée, son grand projet fait du surplace. D'autant que plutôt que d'écrire sur ses grands-parents espagnols qui ont fui le franquisme comme il en avait au départ la ferme intention - il a déjà le titre: "Sol y Sangre"! -, il s'imagine surtout être interviewé par Claire Chazal. Et plus il change de projet, plus l'inspiration lui échappe, plus l'eau de la piscine qu'il est censé surveiller prend une drôle de teinte verdâtre. Que ce soit dans ses romans ou dans ses bandes dessinées, Fabrice Caro (alias Fabcaro) a le chic pour créer des personnages de losers magnifiques. Son dernier roman ne déroge pas à la règle. Mais s'il développe un thème qu'il semble bien connaître - les affres de la création littéraire et la procrastination de l'écrivain -, ses véritables préoccupations sont d'ordre existentiel. Le héros de son Samouraï est un homme qui sent le temps mais aussi sa vie lui échapper. Plutôt que vivre, il est vécu par les autres et ne semble plus avoir d'emprise sur son propre destin. La grande angoisse d'Alan Cuartero (et sans doute de son créateur) est la peur de vieillir en passant à côté de sa vie. Heureusement, Fabrice Caro a choisi de traiter ce sujet grave avec son arme favorite: un humour féroce et décapant!