Au pouvoir depuis 2015, les conservateurs du parti Droit et Justice (PiS) ont voté l...

Au pouvoir depuis 2015, les conservateurs du parti Droit et Justice (PiS) ont voté les 20 et 21 juillet une troisième réforme mettant à mal l'indépendance de la justice. La Commission européenne a menacé le pays d'une sanction pour non-respect de la séparation des pouvoirs. Une première. Devant le tollé et les manifestations, le président Andrzej Duda a finalement mis son veto au texte. Par Jean-Christophe de Wasseige