En 2013, plus d'un siècle de liaisons maritimes entre Ostende et les îles britanniques s'est trouvé interrompu par la faillite du transporteur de l'époque, la société TEF (Trans Europa Ferries). Calais et Dunkerque en avaient évidemment profité. Soucieuse de relancer son...

En 2013, plus d'un siècle de liaisons maritimes entre Ostende et les îles britanniques s'est trouvé interrompu par la faillite du transporteur de l'époque, la société TEF (Trans Europa Ferries). Calais et Dunkerque en avaient évidemment profité. Soucieuse de relancer son activité portuaire, la ville d'Ostende avait annoncé l'an dernier la mise en service le 1er mars prochain d'une liaison par ferry en direction de la cité balnéaire de Ramsgate. Dans un premier stade, il ne s'agirait que de fret. Et, pour éviter qu'Ostende ne devienne un lieu d'embarquement clandestin aussi prisé que Calais par les migrants en route vers l'Angleterre, le gouvernement flamand a prévu d'entourer la zone portuaire d'un mur infranchissable haut de quatre mètres. Ce dernier n'étant pas prêt, les transporteurs devront attendre. Le lancement de la nouvelle ligne est en effet reporté à une date non précisée, le temps de terminer l'enceinte et de peaufiner les mesures préventives annexes. Les autorités portuaires installeront un réseau de caméras dernier cri. L'exploitant du terminal, la société Seabourne Freight, assurera l'accueil 24 h sur 24. Des patrouilles avec chiens sillonneront en permanence les aires d'embarquement et les autorités britanniques prêteront leur concours pour le contrôle des frontières. Ces mesures de sécurité créeront 26 nouveaux emplois.