C'est déjà la quatrième génération de la Jazz. A bord de ce petit monovolume, l'ambiance néo-rétro est joviale et les rangements nombreux. L'imposant parebrise, couplé à de fins montants latéraux, offre une vision panoramique de la route. Le système multimédia propose une flopée de services en ligne, mais le tableau de bord fort chargé est peu lisible. La Jazz est uniquement proposée en...

C'est déjà la quatrième génération de la Jazz. A bord de ce petit monovolume, l'ambiance néo-rétro est joviale et les rangements nombreux. L'imposant parebrise, couplé à de fins montants latéraux, offre une vision panoramique de la route. Le système multimédia propose une flopée de services en ligne, mais le tableau de bord fort chargé est peu lisible. La Jazz est uniquement proposée en hybride "autorechargeable": la batterie ne peut pas être branchée sur une prise ; elle se "remplit" via le moteur à essence et la récupération d'énergie à la décélération. En ville, on évolue très souvent en mode électrique, donc en silence, porté par une transmission automatique à variation continue exempte d'à-coups. Sur les grands axes, la tenue de route est efficace et le confort décent, mais, sous forte accélération, la transmission fait trop mouliner le moteur. La partition de cette Jazz devient alors peu mélodieuse... Taillée avant tout pour la cité et ses banlieues, cette Honda incite naturellement à une conduite calme, qui la rend particulièrement apaisante. Elle brille aussi par un excellent rapport encombrement/habitabilité. Le coffre n'est pas énorme mais la banquette arrière est astucieuse: on peut bien sûr rabattre les dossiers sur les assises mais aussi... relever les assises sur les dossiers, à la manière d'un siège de cinéma. Cela permet de transporter des objets hauts (plantes, etc.) ou d'installer confortablement le chien au sol. Voilà donc une citadine originale, très agréable à vivre et respectueuse de l'environnement. Le tarif est honnête pour un véhicule hybride et la fiabilité de la marque est proverbiale. A noter qu'une version "Crosstar" au style baroudeur (suspension rehaussée et protections de carrosserie en plastique) est proposée, mais elle fait payer cher son look (environ 1.500 euros de supplément à équipement équivalent) et consomme un peu plus d'essence, émettant donc davantage de CO2 (+ 8 g/km).