Les chiffres annuels de Fagron étaient conformes aux attentes. Le chiffre d'affaires (CA) récurrent du groupe - sans les activités interrompues de Bellevue Pharmacy - a reculé de 1,3 %, de 427,6 millions d'euros (EUR) à 421,8 millions EUR (au moins 415 millions EUR étaient escomptés). À cours de change constant, la croissance est nulle. Au second semestre, le CA a progressé de 0,5 %, à 211,6 millions EUR.
...

Les chiffres annuels de Fagron étaient conformes aux attentes. Le chiffre d'affaires (CA) récurrent du groupe - sans les activités interrompues de Bellevue Pharmacy - a reculé de 1,3 %, de 427,6 millions d'euros (EUR) à 421,8 millions EUR (au moins 415 millions EUR étaient escomptés). À cours de change constant, la croissance est nulle. Au second semestre, le CA a progressé de 0,5 %, à 211,6 millions EUR. La petite division HL Technology a comptabilisé un CA d'à peine 7,7 millions EUR (-19,8 %). La marge de cash-flow opérationnel récurrent (REBITDA) a reculé de 150 points de base, à 21,8 %, mais s'est redressée au deuxième semestre de 19,7 % à 21,8 %. Le CA de Fagron Specialty Pharma Services s'est accru de 5,7 %, à 150,6 millions EUR grâce à une nette croissance aux États-Unis, et en dépit d'une perte de CA de 3 millions EUR liée à la vente d'une usine à Marseille. Le REBITDA a fléchi de 4,5 %, à 31,8 millions EUR, mais a progressé au second semestre de 4,6 %, à 16 millions EUR. La nouvelle usine stérile construite aux États-Unis (Wichita) sera totalement opérationnelle en mars. Fagron entend réaliser par son biais un surcroît de CA de 100 millions EUR dans les trois à cinq prochaines années. Au second semestre, les effets néfastes sur les activités non stériles aux États-Unis (Freedom Pharmaceuticals) du changement intervenu dans les conditions de remboursement des préparations magistrales se sont atténués sensiblement. Grâce à une forte croissance au Brésil, le CA de Trademarks a progressé de 6,8 %, à 53,8 millions EUR (la part des États-Unis a faibli de 16,8 % à 8,7 %), et au second semestre, de 15,7 %, à 28,9 millions EUR. Le REBITDA s'est hissé de 10,6 %, à 17,3 millions EUR, tandis que la marge de REBITDA est passée de 31,1 à 32,2 % (32,5 % au second semestre). Chez Essentials, le CA a reculé de 6,8 %, à 209,9 millions EUR (part des États-Unis passée de 19,3 % à 10 %) et au second semestre, de 1,2 % à 103,4 millions EUR. Le REBITDA a reculé de 15,6 %, à 41 millions EUR (+6,6 % au second semestre, à 20,1 millions EUR), tandis que la marge de REBITDA a fléchi de 200 points de base, à 19,6 % (elle est ressortie à 19,4 % au deuxième semestre). Au niveau du groupe, le REBITDA a dévissé de 8,2 %, à 90,6 millions EUR (consensus : 91,2 millions EUR ; +17,9 %, à 43,5 millions EUR au second semestre). Grâce à un dernier amortissement plus élevé que prévu sur Freedom Pharmaceuticals, à hauteur de 48,4 millions EUR, la perte nette s'élève à 18,1 millions EUR, contre 25 millions EUR en 2015. Le bénéfice net récurrent s'est élevé à 29,6 millions EUR (0,55 EUR par action), contre 44,2 millions EUR (1,41 EUR par action) en 2015. Le rapport entre la dette financière nette (285,4 millions EUR) et le REBITDA de 3,18 est resté largement dans le cadre des covenants bancaires de 5,02 pour fin 2016. Le CEO Hans Stols espère ramener ce ratio sous 3, mais même après le remboursement d'ici juillet de trois obligations en cours, de quelque 285 millions EUR, il pourra encore procéder à des acquisitions. Après ces résultats annuels rassurants, nous relevons à nouveau le conseil. La valorisation, à 18 fois le bénéfice escompté pour 2017, est acceptable. La mise en fonction de l'usine de Wichita, associée à une situation financière en voie d'amélioration, offre de nouvelles perspectives de croissance. Conseil : digne d'achat Risque : moyen Rating : 1B Paru sur initiedelabourse.bele 9 février CET ÉTÉ, FAGRON POURRA À NOUVEAU PROCÉDER À DES ACQUISITIONS.