Début août, ouvrait à Jodoigne Villa BK, en lieu et place du restaurant italien Adriatico. Le patron est toujours le même : Bernard Calbert, un agriculteur de la commune qui s'est lancé dans l'horeca en 2019. Cette fois, il a confié la cuisine à un jeune autodidacte, Sébastien Charles, Carolo de 32 ans qui a notamment passé deux ans à Seneffe, où il fut le second de l'étoilée Stéphanie Thunus (Au Gré du Vent).
...

Début août, ouvrait à Jodoigne Villa BK, en lieu et place du restaurant italien Adriatico. Le patron est toujours le même : Bernard Calbert, un agriculteur de la commune qui s'est lancé dans l'horeca en 2019. Cette fois, il a confié la cuisine à un jeune autodidacte, Sébastien Charles, Carolo de 32 ans qui a notamment passé deux ans à Seneffe, où il fut le second de l'étoilée Stéphanie Thunus (Au Gré du Vent). Le cadre est, dirons-nous, brabançon : une grande villa cossue avec une grande salle confortable à la décoration fonctionnelle. On lui préfère l'agréable terrasse même si, en pleine canicule, on a choisi de se réfugier à l'intérieur une fois l'apéro terminé - avec, par exemple, pour accompagner des mises en bouche plus jolies que réellement intéressantes, une bonne bière locale comme la blonde de chez Valduc (4 euros). Encore assez limitée et peu audacieuse, la carte des vins ne réserve guère de surprises. On y déniche néanmoins un bon sancerre du Domaine Sautereau (43 euros), très rafraîchissant et avec assez de corps pour accompagner la cuisine du jeune chef (à découvrir à la carte ou dans des menus trois-quatre-cinq services à 39-48-57 euros). Estival, l'accord entre l'anguille fumée (19 euros) et les fruits rouges est étonnant et très intelligent. De quoi assurer une jolie entrée en matière. Le filet de sole (25 euros) s'offre, lui, de très bonnes coques, du fenouil croquant et un bon petit jus blanc émulsionné. Mais pourquoi donc ces segments d'orange qui jurent un peu ? L'ambiance retombe malheureusement avec des plats assez basiques. Cuite basse température, la volaille fermière (26 euros) est assez terne. Tandis que le filet de cabillaud (28 euros) est proposé avec des tomates made in BW dont on profite à peine, tant elles disparaissent en une minuscule mirepoix avec une sauce très acide. Quel plaisir par contre de retrouver ensuite les délices de Pascal Fauville (13 euros), excellent fromager qui possède une boutique tout près, à Thorembais-Saint-Trond. Jolie composition autour de la pêche (notamment infusée au thé de fleurs de bougainvillier) avec de la verveine et du marshmallow : le dessert vient clore le repas sur une jolie note. Mais le jeune chef a intérêt à pratiquer une cuisine un peu moins axée sur le visuel et un peu plus réfléchie s'il souhaite réellement faire de Villa BK une adresse incontournable du BW.