Comme prévu, la société liégeoise EVS, qui fabrique des équipements de production vidéo pour les transmissions en direct, s'est dotée d'un nouveau CEO. Il s'agit de Serge Van Herck, ancien CEO de Newtec, une société de Sint-Niklaas produisant du matériel pour les télécommunications pa...

Comme prévu, la société liégeoise EVS, qui fabrique des équipements de production vidéo pour les transmissions en direct, s'est dotée d'un nouveau CEO. Il s'agit de Serge Van Herck, ancien CEO de Newtec, une société de Sint-Niklaas produisant du matériel pour les télécommunications par satellite. C'est la fin d'une période d'intérim ouverte en juillet 2018, après le départ de Muriel De Lathouwer, qui a fait suite à des résultats en recul. Le président du conseil d'administration, Pierre De Muelenaere, avait repris le poste temporairement, remobilisé les équipes, géré les coûts, attiré des commandes nouvelles et enfin cherché un nouveau CEO. Face aux velléités d'Evertz, un concurrent qui a accumulé des parts d'EVS, il a également stabilisé l'actionnariat en y attirant Ackermans & van Haaren et Belfius à travers une augmentation de capital. Serge Van Herck a pris ses fonctions dès sa nomination, le 9 septembre. Il est ingénieur civil de l'université de Gand et possède un MBA de la Vlerick Leuven Gent Management School. Pierre De Muelenaere l'accompagnera jusqu'à la fin de l'année, et a annoncé qu'il quittera la présidence du conseil d'administration. A Serge Van Herck de relancer, sur cette nouvelle base, la croissance d'EVS dont les ventes annuelles se situent un peu au-dessus des 100 millions d'euros. Et ce sur un marché difficile, en plein bouleversement causé par la montée des services en streaming.