Créée en 2011 par la start-up Agylis, l'application myShopi débute en proposant une liste de courses digitale et un système de cashbacks. La start-up négocie directement des réductions avec les grandes marques et le client n'a qu'à photographier son ticket de caisse pour être remboursé. Fin 2013, l'appli est rachetée par BD Group, spécialiste de la communication promotionnelle via les toutes-boîtes, pour en faire " la plus grande plateforme d'activation multicanale en Belgique ". " No...

Créée en 2011 par la start-up Agylis, l'application myShopi débute en proposant une liste de courses digitale et un système de cashbacks. La start-up négocie directement des réductions avec les grandes marques et le client n'a qu'à photographier son ticket de caisse pour être remboursé. Fin 2013, l'appli est rachetée par BD Group, spécialiste de la communication promotionnelle via les toutes-boîtes, pour en faire " la plus grande plateforme d'activation multicanale en Belgique ". " Nous voulons garder l'esprit start-up, assure Tim De Witte, directeur commercial de BD myShopi. L'équipe est encore localisée dans ses locaux d'origine, à Braine-l'Alleud. " Depuis sa reprise, l'appli s'est enrichie de nouvelles fonctionnalités. Il y a d'abord eu les folders digitaux interactifs avec possibilité de cliquer sur un produit et d'être redirigé vers le webshop du distributeur. Ce qui n'est aujourd'hui disponible que pour les magasins non alimenaires comme Blokker, Bart Smit, MediaMarkt ou encore A.S.Adventure. Autre nouveauté : les cartes de fidélité digitales. " Il suffit de prendre une photo de sa carte de fidélité. A la caisse, le client doit juste ouvrir l'appli et montrer cette photo, explique le responsable commercial. myShopi est en quelque sorte un portefeuille mobile pour tout ce qui est cartes de fidélité. " Il est, par ailleurs, possible de comparer les promos sur un produit dans différentes enseignes, et le groupe est en train de mettre en place l'envoi automatique des réductions lorsque le client est à 50 mètres d'un magasin. myShopi collabore donc à la fois avec les marques et les distributeurs. Mais ces derniers ne doivent-ils pas se méfier d'un acteur susceptible de leur faire concurrence ? Un frienemy, comme on pourrait le qualifier. Car dans la lutte pour s'approprier la liste de courses des clients, Delhaize, Carrefour ou Colruyt ont tout intérêt à ce que cette liste soit plutôt enregistrée sur leurs propres applications. " L'avantage que nous avons par rapport aux applications des enseignes, c'est que nous sommes une application complète, assure Tim De Witte. Et le consommateur fait rarement ses courses dans une seule chaîne. Il est vrai que nous donnons la possibilité pour une marque d'activer directement le consommateur, mais celui-ci doit encore aller en magasin car myShopi ne vend pas directement. Par ailleurs, nous ne voulons pas devenir une appli comparative des différentes enseignes. "