L'ancien directeur général du Fonds monétaire international, Jacques de Larosière, se montre critique quant à la vision économique simpliste de Donald Trump. " Dire par exemple : 'je veux vendre autant de voitures américaines en Europe que les Européens vendent de voitures aux Etats-Unis...

L'ancien directeur général du Fonds monétaire international, Jacques de Larosière, se montre critique quant à la vision économique simpliste de Donald Trump. " Dire par exemple : 'je veux vendre autant de voitures américaines en Europe que les Européens vendent de voitures aux Etats-Unis' est une vision réductrice et simplificatrice, avance-t-il. Si elle était appliquée, elle aboutirait à réduire l'activité économique dans son ensemble ! Car les avancées de l'internationalisation du commerce sont réelles. " " Bien sûr, ajoute-t-il, la mondialisation a des effets néfastes, comme la délocalisation de certaines activités et le transfert de certains emplois. Des chercheurs américains ont montré l'influence prépondérante des effets de la mondialisation dans le vote qui a mené Donald Trump au pouvoir. Mais le remède n'est pas le protectionnisme. Compte tenu des interconnexions et du fait que la chaîne de valeur est désormais mondialisée, le pays qui prend des mesures protectionnistes souffre au final de répercussions négatives. " Et Jacques de Larosière en appelle à un nouvelle génération d'hommes politiques. " Il faut expliquer aux victimes de la mondialisation qu'il existe de meilleures solutions que fermer les frontières. Mais il faut pour cela avoir un peu réfléchi à la complexité du monde et dépasser Trump. Nous avons besoin, pour gérer un monde devenu très compliqué, d'hommes politiques beaucoup plus sophistiqués. "