Coup de froid sur NLMK Clabecq la semaine dernière. Lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire, la direction a précisé son intention de réduire l'emploi de 50 % et, dans le même temps, de développer un nouveau plan industriel pou...

Coup de froid sur NLMK Clabecq la semaine dernière. Lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire, la direction a précisé son intention de réduire l'emploi de 50 % et, dans le même temps, de développer un nouveau plan industriel pour être rentable à l'horizon 2022. L'idée est de se concentrer sur la fabrication de tôles fines à haute valeur ajoutée pour rendre viable une entreprise qui perdrait au moins 4 millions d'euros par mois. Le choc est rude auprès des travailleurs car personne ne s'attendait à une restructuration d'une telle ampleur. L'emploi de 290 collaborateurs est donc menacé. La procédure Renault a été enclenchée et la première réunion a eu lieu ce mardi. Cette restructuration va s'accompagner d'un investissement de 18 millions d'euros pour permettre à Clabecq de se renforcer dans les produits de niche choisis. Dans la foulée de cette triste annonce à Clabecq, Ben De Vos, le patron de NLMK Europe, a annoncé un investissement de 130 millions pour doter le site de La Louvière de nouvelles capacités de production. Un investissement qui porte, notamment, sur l'installation d'un nouveau train à chaud qui transforme les brames en coil.