Bousculée par l'affaire Publifin, l'intercommunale du même nom - devenue entretemps Enodia - avait décidé, au début de cette année, de ne plus détenir de participations majoritaires dans des secteurs d'intérêt privé. En clair : sa société Nethys devait, à terme, se désengager de ses activités de presse à l'étranger.

En 2015, le groupe liégeois avait en effet atterri dans le sud de la France pour entrer au capital de la société La Provence (éditeur des quotidiens La Provence et Corse-Matin) à hauteur de 11 %, avant de racheter, au printemps 2016, 20% des parts du groupe de presse Nice-Matin (propriétaire des journaux Nice-Matin, Var-Matin et Monaco-Matin). A l'époque, le pacte d'actionnaires prévoyait que Nethys augmenterait progressivement sa participation dans Nice-Matin pour détenir 34% du capital à la fin de l'année 2017 - ce que le groupe belge a fait - et 51% au 1er janvier 2019 - ce qu'il n'a jamais fait - déclenchant la colère des 456 salariés de l'entreprise française qui détiennent toujours les 66% restants à travers leur société coopérative.

Il y a quatre mois, on apprenait qu'un repreneur avait déjà pointé le bout du nez chez Nice-Matin. Propriétaire du groupe Priminvest Médias qui édite notamment le magazine Valeurs actuelles, l'homme d'affaires franco-libanais Iskandar Safa s'était montré intéressé par le journal niçois, sans que Nethys ne cède toutefois à ses avances. Les Liégeois étaient déjà en contact, semble-t-il, avec un autre candidat plus intéressant puisque disposé à faire une offre commune pour les parts détenues à la fois dans les sociétés La Provence et Nice-Matin.

" Délais courts "

Ce week-end, le multi-entrepreneur français Xavier Niel a confirmé cette information par voie de communiqué en révélant son identité. Fondateur de l'opérateur mobile Free, l'homme qui est également copropriétaire du journal Le Monde a en effet annoncé être entré dans des " négociations exclusives " avec Nethys pour prendre une participation majoritaire dans L'Avenir Développement, la filiale du groupe liégeois qui détient précisément 34% des parts de la société Nice-Matin et 11% du groupe La Provence. L'opération devrait se faire dans " des délais courts ", a indiqué Xavier Niel, sans que l'on connaisse toutefois le montant de la transaction... si elle se confirme.