Après deux éditions annulées, le Festival au Carré monte au front montois, multipliant lieux et disciplines, s'installant entre autres au Théâtre du Manège mais aussi dans les jardins de la ville. Et l'éclectisme y est toujours de mise. Ce 1er juillet, Jacque...

Après deux éditions annulées, le Festival au Carré monte au front montois, multipliant lieux et disciplines, s'installant entre autres au Théâtre du Manège mais aussi dans les jardins de la ville. Et l'éclectisme y est toujours de mise. Ce 1er juillet, Jacques plonge ainsi dans l'univers de Prévert, version musique, notamment avec le trompettiste Greg Houben. Sonorités toujours avec le pianiste Casimir Liberski qui reprend ses madeleines pop, jazz, B.O. et classique lors d'une soirée garantie intime, le 3 juillet. Rayon décibels, il serait mesquin de ne pas mentionner la venue de Triggerfinger, l'un des meilleurs saigneurs du rock belge, aussi le 3 juillet. Changement d'univers ensuite avec le duo malien Amadou & Mariam, le 5 juillet, et Arnaud Rebotini, Parisien mélangeur d'electro et de vintage, en compagnie de La Jungle, le 6 juillet. Mais Le Carré, c'est aussi des surprises hors musiques. Belle idée, donc, de projeter l'un des chefs-d'oeuvre de l'animation, La planète sauvage (photo), le 4 juillet ou d'inviter le comédien marionnettiste Didier Balsaux dans son interprétation du Poucet, les 5 et 6 juillet. Sans oublier le bol d'air frais via des balades culturelles à la très belle cascade d'Hyon pour plusieurs animations et spectacles.