" Hier encore, nous pensions que le Limbourg, en tant que province verte, n'aurait guère à pâtir du réchauffement climatique. Aujourd'hui, nous commençons à nous rendre compte que nous allons nous trouver en première ligne et souffrir davantage que les autres provinces ",...

" Hier encore, nous pensions que le Limbourg, en tant que province verte, n'aurait guère à pâtir du réchauffement climatique. Aujourd'hui, nous commençons à nous rendre compte que nous allons nous trouver en première ligne et souffrir davantage que les autres provinces ", explique Nele Vandenreyt du service provincial Nature et Environnement. Selon les projections effectuées par cet organisme, le Limbourg devrait subir à l'horizon 2100 plus de 50 jours de canicule par an. Les vagues de chaleur y seront plus fréquentes et plus intenses que dans les autres provinces et, en outre, dureront plus longtemps. En cause, à la fois l'éloignement de la mer et la nature du sol, souvent constitué de sable. Les hivers, en revanche, seront humides avec des risques d'inondations, y compris dans des zones qui n'en ont jamais connues. La ville d'Hasselt compte ainsi 1.700 bâtiments publics potentiellement inondables et partout, dès 2030, les installations publiques seront vulnérables à la chaleur. Les algues bleues envahiront les canaux et l'étiage (débit minimal) ne sera parfois plus suffisant pour le transport par voie d'eau, particulièrement important dans cette province. Afin de mieux sensibiliser les pouvoirs locaux à ce qui les attend, la Province a mitonné une base de données comprenant pour chaque commune une analyse des risques encourus et à venir.