La semaine dernière, Margrethe Vestager (photo), la vice-présidente de la Commission européenne en charge de la Concurrence, a présenté les grandes lignes d'une révision d'une vingtaine de règles liées à la concurrence et aux aides ...

La semaine dernière, Margrethe Vestager (photo), la vice-présidente de la Commission européenne en charge de la Concurrence, a présenté les grandes lignes d'une révision d'une vingtaine de règles liées à la concurrence et aux aides d'Etat. Il s'agit, d'une part, de favoriser les investissements technologiques. Notamment dans le cadre de la pénurie des semi-conducteurs. La Commission veut y autoriser les aides d'Etat sous conditions. Notamment pour permettre la construction de méga-fabriques capables de rivaliser avec l'Asie. Outre la prolongation jusqu'à fin juin des mesures d'assouplissement liées à la pandémie déjà en place, Vestager a rajouté deux mesures afférentes: un régime spécial jusqu'au 31 décembre 2022 pour les investissements liés aux transitions verte et numérique afin de rattraper le retard ainsi que, jusqu'à fin 2023, la possibilité d'accorder des aides publiques aux privés qui investissent dans les PME. Peu d'avancée, par contre, sur la constitution de champions continentaux. Une décision attendue depuis le refus de la fusion entre Siemens et Alstom. Margrethe Vestager entend maintenir une saine concurrence au niveau européen.