Le gouvernement fédéral envisage de contrer le développement d'une nouvelle forme de prépension. Une
...

Le gouvernement fédéral envisage de contrer le développement d'une nouvelle forme de prépension. Une série d'entreprises (ING, BNP Paribas Fortis, Engie Electrabel, Proximus, etc.) ont proposé à des salariés de plus de 55 ans de rester chez eux en échange du versement d'une indemnité valant entre 60 % à 80 % des rémunérations brutes. Aucune allocation publique - de licenciement ou de chômage - n'est versée dans ce cadre. Néanmoins, cette prépension " Win for life " n'est pas du goût du fédéral qui réfléchit à imposer une " cotisation d'activation " aux sociétés tentées par ce système. C'est que les autorités cherchent depuis près de quinze ans à limiter l'attrait de la prépension classique (aujourd'hui appelée régime de chômage avec complément d'entreprise ou RCC) et à garder le plus longtemps possible les seniors sur le marché de l'emploi. But : garder des recettes en cotisations et assurer l'avenir de la sécurité sociale. Pour rappel, la Belgique se distingue par un taux d'emploi des 55-64 ans particulièrement médiocre : 46,4 % à la fin 2016, contre 59,5 % pour la moyenne de l'OCDE ou 69 % pour l'Allemagne. Par Jean-Christophe de Wasseige