Il ne s'agit pas d'une création puisque la pièce a déjà été jouée l'an passé à la Comédie-Française après avoir secoué en 2016 le Festival d'Avignon. Il n'empêche, Les Damnés (jusque mi-décembre à la salle Richelieu), est un événement...

Il ne s'agit pas d'une création puisque la pièce a déjà été jouée l'an passé à la Comédie-Française après avoir secoué en 2016 le Festival d'Avignon. Il n'empêche, Les Damnés (jusque mi-décembre à la salle Richelieu), est un événement à ne pas manquer avant une tournée à New York, Londres et Anvers. En partant du scénario du film de Luchino Visconti qui se déroule en 1933, le metteur en scène belge star Ivo van Hove fait la chronique au vitriol d'une famille d'industriels allemands prêts à toutes les compromissions avec le régime nazi pour conserver ses intérêts économiques. Sujet incandescent pour une pièce " monstre ", interprétée par une pléiade de comédiens (Denis Podalydès, Guillaume Gallienne pour les plus familiers) dont les visages sont scrutés tout au long du spectacle par une caméra qui reproduit leurs expressions sur des écrans géants. Cette parabole sur " l'origine du monde et du mal ", selon l'administrateur de la Comédie-Française, est un uppercut sanglant qui laisse les spectateurs littéralement sonnés à la fin de chaque représentation. Qui a dit que le théâtre devait être distrayant ? Du 29 septembre au 10 décembre à la Comédie-Française.