C'est une retombée inattendue des images insoutenables clandestinement filmées l'année dernière dans un abattoir de Tielt. Manifestement ému, un spectateur s'est mué en donateur anonyme et vient...

C'est une retombée inattendue des images insoutenables clandestinement filmées l'année dernière dans un abattoir de Tielt. Manifestement ému, un spectateur s'est mué en donateur anonyme et vient d'offrir 280.000 euros à l'Université d'Anvers afin d'y ouvrir, en première nationale, une chaire dédiée aux rapports entre le droit et les animaux. Pourquoi pas au droit des animaux ? Accorder la personnalité juridique à un animal implique pour celui-ci des droits mais également des devoirs, explique Frederik Swennen, premier titulaire de cette nouvelle chaire. C'est bien entendu impossible à mettre en pratique, poursuit ce professeur de droit familial qui préfère, par analogie avec le concept de dignité humaine, partir de " dignité animale " et au départ de celle-ci, s'interroger sur ce dont les animaux ont besoin pour mener une " vie digne ". De là, pourraient découler un certain nombre de règles applicables au transport, aux abattoirs, aux parcs zoologiques, etc.