C'est une promesse de campagne qui va coûter cher au gouvernement britannique : Boris Johnson a donné le feu vert, la semaine dernière, à la réalisation du ...

C'est une promesse de campagne qui va coûter cher au gouvernement britannique : Boris Johnson a donné le feu vert, la semaine dernière, à la réalisation du HS2, le projet ferroviaire à grande vitesse qui doit désenclaver le centre et le nord de l'Angleterre. Il prévoit la mise en service en 2031 de la ligne Londres-Birmingham et, en 2040, de son double prolongement vers Manchester et Leeds. A titre d'exemple, elle permettra de relier Londres à Manchester en 1h08 contre plus de deux heures aujourd'hui. L'addition va être salée : 106 milliards de livres dont 45 pour la première partie. Face à la critique, " Bojo " a simultanément lâché du lest en annonçant un plan de 5 milliards de livres pour, dans les cinq ans, rénover les réseaux de bus et améliorer les pistes cyclables.