Le télétravail continue son entrée dans les moeurs des entreprises. Selon le département Business intelligence d'Attentia, le prestataire de services RH, les heures de télétravail prestées au cours des cinq premiers mois de l'année ont progressé de 11 % par rapport à la même période l'an dernier.

Durant cette même période, le nombre moyen d'heures de télétravail par entreprise a augmenté de 5,32 %. Les raisons de ce succès sont multiples. Pour le collaborateur, il résout partiellement d'éventuels problèmes de mobilité puisque le télétravail lui permet, un ou deux jours par semaine, de ne pas être confronté aux embouteillages ou aux retards de la SNCB. Une source de stress en moins. Le télétravail permet aussi de mieux gérer son équilibre vie privée-vie professionnelle. A cet égard, les chiffres d'Attentia démontrent aussi que le mercredi (23,01 % des heures prestées) arrive en tête des jours favoris après le vendredi (29,02 %). Le lundi (14,55 %) est le jour où le plus de collaborateurs sont au bureau. De même, les mois d'été sont aussi plébiscités par les collaborateurs. Depuis 2017, juillet et août connaissent une forte progression du nombre d'heures prestées à la maison.

Réduire les temps de déplacement et équilibrer sa vie sont deux raisons qui poussent les collaborateurs à changer d'employeur. Le télétravail devient donc clairement une arme importante dans la guerre des talents. Tant pour en attirer des nouveaux que pour la rétention des forces vives. " Sans oublier que l'on peut associer de nombreuses conditions attractives au télétravail, ajoute Yves Labeeu, consultant tax & reward chez Attentia. Par exemple, une indemnité de 126,94 euros par mois, libre de toute cotisation ONSS, ou le remboursement de frais de connexion internet. "