Voiture de luxe la plus vendue au monde, la Classe S règne sans partage sur le segment, nullement inquiétée par le renouvellement de la BMW Série 7. Mercedes s'offre même une petite révolution à l'heure du restylage de mi-carrière de sa limousine.
...

Voiture de luxe la plus vendue au monde, la Classe S règne sans partage sur le segment, nullement inquiétée par le renouvellement de la BMW Série 7. Mercedes s'offre même une petite révolution à l'heure du restylage de mi-carrière de sa limousine. En effet, 24 ans après son abandon, un moteur 6 cylindres diesel en ligne fait à nouveau entendre son feulement caractéristique sous le capot d'une Classe S, car moins complexe et plus facile à produire. Il donne si peu de la voix que l'on pourrait croire ce nouveau bloc alimenté par de l'essence et non du gazole. Très vigoureux à bas régime, il étonne d'emblée par son absence totale de vibrations et le velouté des montées en puissance. Il tire aussi le meilleur parti de la boîte auto à 9 rapports qui doit moins souvent rétrograder de manière intempestive, au profit de la fluidité de conduite. Une vraie réussite. Sur la route, on reste toujours séduit par l'effet " tapis volant " procuré par une suspension hors norme, la facilité et l'agrément de piloter une berline aussi raffinée. Sans surprise, le design évolue à peine : une calandre à trois lames et un spectaculaire tableau de bord à deux écrans haute résolution protégés par un verre commun. Aucun modèle ne va aussi loin dans la conduite autonome. La Classe S ne se laisse pas seulement conduire toute seule lorsque le marquage au sol le permet, en tournant le volant toute seule. Elle peut désormais adapter sa vitesse dans les virages et avant les ronds-points grâce aux multiples caméras et coordonnées GPS. Comme sur la Classe E, la nouvelle S pourra changer de file toute seule à la simple pression du commodo de clignotant. Indiscutablement, elle reste LA référence sur le marché des berlines de luxe. Christophe