• Chouchou de la Bourse belge, AB InBev a souvent déçu. Le titre a cédé 15% en 12 mois et 50% en cinq ans. Misant sur une hausse d'ici fin 2022/2023 seulement, nous avions opté pour l'achat d'un call juin 2023 au prix d'ex. de 60 euros, qui résiste bien autour de 2,80 euros, et pour l'émission d'un put décembre 2023 au prix d'ex. de 52 euros, qui est légèrement rentable. Patience, donc.
...

• Chouchou de la Bourse belge, AB InBev a souvent déçu. Le titre a cédé 15% en 12 mois et 50% en cinq ans. Misant sur une hausse d'ici fin 2022/2023 seulement, nous avions opté pour l'achat d'un call juin 2023 au prix d'ex. de 60 euros, qui résiste bien autour de 2,80 euros, et pour l'émission d'un put décembre 2023 au prix d'ex. de 52 euros, qui est légèrement rentable. Patience, donc. • L'action Solvay, une des rares multinationales en portefeuille, a souffert ces derniers mois de la guerre en Ukraine (elle est exposée à la Russie via la joint-venture Rusvinyl). Elle a perdu plus de 30% en un an. Nous nous sommes positionnés trop tôt pour capter son potentiel haussier: le call acheté décembre au prix d'ex. de 105 euros a perdu beaucoup de valeur. Le put émis décembre au prix d'ex. de 100 euros s'est en revanche apprécié ; nous avons encore près de six mois devant nous. • Prosus, la plus grande action de l'Internet européen, a perdu 17% de sa valeur en 12 mois. A 20 fois le bénéfice annuel, sa valorisation demeure néanmoins raisonnable. Le rendement en dividende augmente, pour flirter actuellement avec les 0,35%. Au vu du récent rebond du titre, nous nous félicitons d'avoir misé à la hausse. Le put émis décembre au prix d'ex. de 55 euros a rapporté 9,93 euros ; il ne vaut plus que 4,9 euros, mais le bénéfice peut encore augmenter. Le call acheté mars 2023 au prix d'ex. de 60 euros a coûté 5,03 euros et vaut déjà 12,22 euros ; vu le temps restant, le bénéfice peut encore progresser. • JDE Peet's sous-performe depuis son entrée en Bourse, mais a bien résisté ces derniers mois. Les résultats publiés fin février étaient satisfaisants ; ils font état d'une progression de 2% du bénéfice pour les activités de base en 2021, et d'un bénéfice prévisionnel stable pour 2022. Le cash-flow d'exploitation et les ventes de 2021 sont légèrement supérieurs au consensus. L'envolée du prix du café ne se reflète pas, pour l'instant, dans les résultats. A 15 fois le bénéfice, l'action est loin d'être onéreuse. Nous réalisons un joli gain sur le put décembre au prix d'ex. de 28 euros. Le call mars 2023 au prix d'ex. de 30 euros a lui aussi pris de la valeur ; nous attendons tranquillement que les bénéfices augmentent.