Il y a 20 ans, chaque plage possédait au moins un bateau amphibie qui, la belle saison venue, emmenait quotidiennement des vacanciers excursionner en mer. Puis ces navires sont progressivement passés de mode. A Blankenbe...

Il y a 20 ans, chaque plage possédait au moins un bateau amphibie qui, la belle saison venue, emmenait quotidiennement des vacanciers excursionner en mer. Puis ces navires sont progressivement passés de mode. A Blankenberge, le dernier s'en est allé il y a cinq ans. A Saint-Idesbald, près de Coxyde, le Normandie résistait encore. Mais Rik Vandewalle, son capitaine-conducteur, vient lui aussi de jeter l'éponge. Tout est devenu trop compliqué. Construit en 1942 pour permettre le débarquement de troupes alliées, le Normandie commençait à se faire vieux et n'était plus vraiment aux normes. S'y ajoutent la communication obligatoire de l'identité de chaque passager au centre de coordination des secours en mer ainsi que les apports réguliers de sable sur la plage qui font certes plaisir aux touristes mais compliquent l'accès au bateau à marée haute. A défaut de trouver repreneur, Rik Vandewalle espère voir son navire terminer dans un musée. Les amphibies ont navigué pendant plusieurs décennies devant nos côtes et font, à ce titre, partie intégrante de notre histoire touristique, plaide-t-il.