Réuni en séance extraordinaire, le gouvernement flamand a approuvé in extremis, avant les élections, le sixième Mestactieplan sur fond de polémique. Pour rappel, ce " plan d'action lisier " vise à réduire la pollution des rivières par les ...

Réuni en séance extraordinaire, le gouvernement flamand a approuvé in extremis, avant les élections, le sixième Mestactieplan sur fond de polémique. Pour rappel, ce " plan d'action lisier " vise à réduire la pollution des rivières par les nitrates provenant des élevages de porc. Mais les mesures contenues dans ce plan ne semblent guère de nature à pouvoir endiguer les soupçons de fraude, qui se sont récemment multipliés. Pouvant épandre une partie du lisier produit sur leurs propres terres ou celles de collègues cultivateurs, les éleveurs sont en effet censés conduire le surplus vers des installations de traitement. Or, certains éleveurs organisent de faux transports vers ces installations, avec des camions à moitié vides, préférant déverser le surplus dans les champs. Certes, avec le nouveau plan, les transports de lisier seront suivis par GPS. Mais quelle peut bien être l'utilité de pareil contrôle si l'on ne s'enquiert pas en même temps de la quantité transportée ? L'Agence flamande de la terre (Vlaamse Landmastchappij) reconnaît l'existence de ce type de fraude mais se dit incapable d'en estimer l'ampleur. Diverses sources parlent toutefois de " plusieurs millions d'euros ".