Alors que la période de la pétanque, du mölkki et du Spritz s'apprête à battre son plein, le Frescobol entend bien se frayer une place entre les transats. Qu'est-ce que c'est que ça? Tout simplement le nom brésilien que l'on donne au beach ball. Rien de...

Alors que la période de la pétanque, du mölkki et du Spritz s'apprête à battre son plein, le Frescobol entend bien se frayer une place entre les transats. Qu'est-ce que c'est que ça? Tout simplement le nom brésilien que l'on donne au beach ball. Rien de nouveau donc sous le soleil de Copacabana, à ceci près que le marque britannique de prêt-à-porter Frescobol Carioca propose une version très chic du jeu de raquettes. Le label, qui se positionne sur le vêtement d'été avec des espadrilles en daim à 165 euros et des chemises en lin blanchi à plus de 200 euros, a été créé en 2009 par Harry Brantly et Max Leese. Les deux entrepreneurs trentenaires, qui se sont rencontrés sur les bancs de l'université d'Edimbourg, surfent sur l'image cool et haut de gamme du Corcovado. Il est vrai que leur set de deux raquettes (200 euros) réalisées, selon la firme, à partir de chutes de pin rivalise d'élégance. Assemblage finement marqueté des pièces de bois, logo poinçonné directement dans la matière, sac de rangement en coton: la délicatesse est de mise. Si le passe-temps se joue de préférence sur les plages d'Ipanema, le Zoute fera sans doute l'affaire cette année.