Tenant parole, l'écrivain boycottera la prochaine édition de cette manifestation qui ouvrira une première fois ses portes du 28 octobre au 4 novembre et une seconde du 8 au 11 novembre. Par ailleurs, il organisera lui-même, aux jours de grande affluence, c'est-à-dire les 1er et 11 novembre, des séances de dédicace gratuites dans...

Tenant parole, l'écrivain boycottera la prochaine édition de cette manifestation qui ouvrira une première fois ses portes du 28 octobre au 4 novembre et une seconde du 8 au 11 novembre. Par ailleurs, il organisera lui-même, aux jours de grande affluence, c'est-à-dire les 1er et 11 novembre, des séances de dédicace gratuites dans son "stamcafé", le Kleine Tunnel. Plus connu sous son nom de plume - Pieter Aspe -, Pierre Aspeslag, aujourd'hui âgé de 65 ans est l'auteur d'une quarantaine de polars à succès qui, traduits en français, font le bonheur des éditions Albin Michel. Son héros est le commissaire Van In, un flic à l'ancienne, grand amateur de bière, aussi bourru que caustique et toujours en délicatesse avec sa hiérarchie. La plupart de ses enquêtes se déroulent à Bruges, ville où Pieter Aspe a longtemps été concierge de la Basilique du Saint-Sang avant de devenir le " Simenon flamand ". Le public imagine que les auteurs sont rémunérés pour les séances de dédicace, poursuit celui qui l'année dernière provoquait à la Boekenbeurs les plus longues files. " Il n'en est rien, indique l'auteur. Certains vendent effectivement des livres à cette occasion mais c'est loin d'être toujours le cas. " Pieter Aspe s'indigne également de voir l'intégralité du prix d'entrée aller aux organisateurs alors que " les éditeurs paient des fortunes pour avoir un stand ". L'organisateur Boek.be est bien entendu d'un avis différent, invoquant pêle-mêle le coût de la location, de l'aménagement et de la sécurisation des locaux ainsi que la possibilité de découvrir, le temps d'une exposition, " tous les livres actuellement disponibles sur le marché ".