Pilote automatique

Tesla, le constructeur américain de voitures électriques, semble avoir créé un camion tout droit sorti d'une autre planète. Son semi-remorque électrique était attendu. Il a enfin été dévoilé ce jeudi 16 novembre. Un design futuriste et épuré, des couleurs sobres, métallisées ou mates. Dans la cabine, le siège du conducteur est disposé au centre de l'habitacle, ce qui permet une vision périphérique. Deux écrans tactiles permettent d'avoir une visibilité totale au niveau des angles morts. Un système d'aide à la conduite est présent pour plus de sécurité. Il permet au camion de rester sur sa voie. Le directeur de l'entreprise, Elon Musk, souhaite à l'avenir qu'un seul conducteur soit utilisé pour un convoi de trois camions électriques. Et ...

Tesla, le constructeur américain de voitures électriques, semble avoir créé un camion tout droit sorti d'une autre planète. Son semi-remorque électrique était attendu. Il a enfin été dévoilé ce jeudi 16 novembre. Un design futuriste et épuré, des couleurs sobres, métallisées ou mates. Dans la cabine, le siège du conducteur est disposé au centre de l'habitacle, ce qui permet une vision périphérique. Deux écrans tactiles permettent d'avoir une visibilité totale au niveau des angles morts. Un système d'aide à la conduite est présent pour plus de sécurité. Il permet au camion de rester sur sa voie. Le directeur de l'entreprise, Elon Musk, souhaite à l'avenir qu'un seul conducteur soit utilisé pour un convoi de trois camions électriques. Et ce, grâce à une conduite autonome des deux semi-remorques qui suivent le premier camion du convoi.Ce camion " vert " dispose de quatre moteurs indépendants. A vide, il atteint la vitesse de 96 km/h en à peine cinq secondes. Vingt secondes lorsque sa remorque est chargée, alors qu'un camion diesel mettrait trois fois plus de temps pour atteindre la même vitesse. Sur autoroute, à 100km/h, et chargé au maximum, le Tesla Semi peut parcourir 800 km sans devoir recharger sa batterie. " Comme 80 % des trajets font moins de 400 km, cela veut dire qu'on peut atteindre sa destination et revenir sans recharger ", précise Elon Musk. Alors qu'un poids lourd roulant au diesel parcourt environ 2.500 km avec un plein. Branché à un chargeur rapide, il peut récupérer une autonomie de 640 km en seulement 30 minutes de charge. Ce semi-remorque serait donc utilisé principalement pour des trajets de courte distance.Tesla n'est pas le seul constructeur automobile à se lancer dans l'aventure des camions 100 % électriques. La start-up américaine Nikola Motor a présenté fin 2016 un prototype de camion électrique, le Nikola One . Son autonomie oscillerait de 1.200 km à 1.900 km environ. Avec une différence importante : le modèle de Nikola Motor roule à l'hydrogène, alors que le Tesla Semi utilise des batteries lithium-ion. La jeune entreprise devrait donc construire des stations de recharge à hydrogène un peu partout. Einride, une autre start-up, suédoise cette fois, s'est lancée le pari fou de produire un camion électrique autonome. Ce dernier ne disposerait donc pas de cabine car il roulerait sans conducteur. Cette invention permettrait d'optimiser l'espace de charge. Du côté des constructeurs traditionnels, c'est l'allemand Daimler qui semble avoir pris une belle avance dans ce domaine. Il commercialise déjà ses " eCanter ", des camions électriques légers. Ils peuvent parcourir 100 à 120 km avec une charge de 7,5 tonnes, et sont plutôt aptes à réaliser des trajets périurbains. Mais ce n'est pas le seul camion électrique de la marque allemande : le 25 octobre dernier, elle a présenté un nouveau prototype, le E-Fuso Vision One. Il pourra parcourir 350 km avec 11 tonnes de charge.Pour l'instant, aucun prix n'a été évoqué. Elon Musk s'est contenté de dire qu'un camion diesel équivalent serait " 20 % plus coûteux qu'un Tesla Semi " en comptant tous les coûts, assurance et carburant compris. Le coût de fonctionnement du camion Tesla serait donc moins élevé qu'un camion traditionnel selon lui. Le seul prix annoncé, 5.000 dollars (soit 4.240 euros environ), correspond à l'acompte pour précommander le camion électrique, dont la production démarrera fin 2019. Mais avant de voir rouler les poids lourds de Tesla, l'entreprise doit entamer la fabrication de ses toits solaires, accroître la production de la Model 3, sa voiture d'entrée de gamme, qui est à la traîne. Quelques années risquent de s'écouler avant de voir ces semi trucks rouler sur nos routes. JUSTINE LEUPE