Jadis, la télé était cet écran obscur, sans vie, qui n'était utilisé que quelques heures par jour. Aujourd'hui, non seulement une télévision peut s'accrocher au mur comme un tableau, mais - telle une voiture - permet d'exhiber ses désirs, ses émotions, sa personnalité. Connectée, intelligente, dotée de commandes vocales et de dalles déclinées en 1,40 ou 1,70 mètre de diagonale, la télé est devenue la pièce maîtresse de la maison. L'objet multimédia par excellence, censé à la fois dialoguer avec le frigo et amener le cinéma dans le salon.
...

Jadis, la télé était cet écran obscur, sans vie, qui n'était utilisé que quelques heures par jour. Aujourd'hui, non seulement une télévision peut s'accrocher au mur comme un tableau, mais - telle une voiture - permet d'exhiber ses désirs, ses émotions, sa personnalité. Connectée, intelligente, dotée de commandes vocales et de dalles déclinées en 1,40 ou 1,70 mètre de diagonale, la télé est devenue la pièce maîtresse de la maison. L'objet multimédia par excellence, censé à la fois dialoguer avec le frigo et amener le cinéma dans le salon. Désormais, les constructeurs partagent une nouvelle vision pour l'avenir du petit écran : toujours plus grand. Du moins, pour ce qui est de la résolution. Après la 4K, présente dans 70 % des téléviseurs vendus de par le monde, place à la 8K, sa grande soeur. Quatre fois plus détaillée, elle vient d'être dévoilée par Samsung à l'IFA de Berlin (le plus grand salon de l'électronique grand public d'Europe) et débarque dès ce mois-ci dans les magasins. Le but de cette course aux pixels ? Vivre l'immersion à deux ou trois mètres de l'écran. Dans le moindre détail. Sans altérer la qualité de l'image - une tendance lourde dans les foyers. Le tout pour un tarif d'entrée plus important. En 8K, les écrans 65 pouces - plus petite taille proposée, soit 1,65 m de diagonale - seront vendus environ 5.000 euros (pour les moins chers) dès le mois d'octobre, tandis que les plus larges (85 pouces, 2,10 m de diagonale) s'envolent à 15.000 euros. Mais si l'image et le design frôlent désormais la perfection, les appareils audiovisuels tentent plus que jamais de conquérir un territoire abandonné : le son. Seulement, voilà: nos télés sont de plus en plus fines. Sur les écrans Oled, qui n'ont pas besoin de rétroéclairage, leur épaisseur peut descendre jusqu'à 3 mm... A ce stade, l'intégration d'enceintes vire au véritable casse-tête pour les ingénieurs. Alors, comment placer un équipement acoustique de qualité dans des téléviseurs de quelques millimètres ? Les puristes diront d'emblée que pour profiter pleinement du son haute définition, rien ne vaut une installation home cinéma, avec cinq ou sept sources sonores. Un vrai kit 5.1 ou 7.1 est indispensable si on recherche de la spatialisation. Mais est-ce utile dans un appartement ou une petite pièce ? Certains constructeurs l'ont compris et vont un pas plus loin en intégrant, par défaut, des barres de son à leurs TV. Panasonic propose par exemple une combinaison téléviseur Oled/barre de son Technics. Sur l'impressionnante série W8, LG propose une barre compatible avec le format audio Dolby Atmos, le plus immersif qui soit sur le marché. La concurrence n'est pas en reste. Samsung vient de racheter les brevets et les marques du fabricant Harman Kardon pour 8 milliards de dollars.Avec ce rapprochement, de nouvelles technologies liées à l'univers du son pourraient émerger, comme le " beamforming acoustique ". Cette technique permet de cibler précisément la diffusion sonore, comme le ferait une douche, sans déranger les autres occupants. Mieux, plusieurs personnes pourraient même accéder à des contenus audio différents (un film dans deux langues, par exemple), sans se déranger et sans avoir besoin de porter un casque ou des écouteurs. D'autres acteurs n'hésitent pas à jouer la carte du très haut de gamme, comme la marque Philips qui s'est alliée avec le britannique Bowers & Wiklins - un des cinq meilleurs fabricants d'enceintes sonores au monde. Chez Philips, le besoin est venu du constat suivant . " Philips a travaillé des années et des années sur la qualité d'image qui est le critère d'achat numéro un. Mais on sentait que le consommateur voulait une qualité de son qui soit l'équivalent, en termes de qualité, de la résolution d'image, explique Kostas Vouzas, CEO de Philips TV (TP Vision) Europe. Et de renchérir : Rares sont les écrans Oled avec de bons haut-parleurs. Les télévisions sont tellement fines que la barre de son devient incontournable, puisque les enceintes qu'elles embarquent sont réduites à leur plus simple expression ". Premier bébé de ce partenariat ? Le modèle Philips Oled+ 903. Une barre de son épurée, recouverte de tissu Kvadrat, avec une puissance totale de 50 W RMS, des tweeters en titane pour les aigus, une membrane en fibre de verre pour les médiums et des woofers à membranes passives, placés à l'arrière de l'écran. Simple, beau et cristallin.Pour l'orfèvre du son britannique, c'est une première incursion dans l'industrie de la TV. " Nous avons mis neuf mois à développer ce projet. Avec un écueil : pour des questions de design, Philips nous a imposé un format taillé au millimètre près, explique Richard Campbell, CRO chez Bowers & Wilkins. Mais même sous cette contrainte, notre philosophie reste identique : il s'agit de rendre le son le plus clair et le plus réaliste possible. Le plus proche, aussi, de l'enregistrement originel. Et de le diffuser, sans aucune complexité, dans votre salon ". Défi relevé haut la main. Sony, lui, a opté pour une technologie encore plus originale. Ne cherchez pas les haut-parleurs sur la gamme " Acoustic surface ". C'est l'écran Oled lui-même qui produit le son. Comme au cinéma, celui-ci semble sortir droit de l'image et non du dessous ou des côtés comme avec les systèmes audio habituels. La dalle du téléviseur devient sa propre enceinte. Et c'est une petite révolution. " Après avoir inventé le walkman et le discman, on devait accompagner le son là où il fait le plus défaut en ce moment. C'est-à-dire sur l'écran ", explique Leopold Boone, product trainer chez Sony. Le système Acoustic Surface restitue le son sur toute la surface de l'écran grâce à des vibrations exercées par de petites enceintes situées à l'arrière. " Grâce à ce système, on peut émettre un son immersif, sans enceintes, directement à partir de l'écran. Et donc diriger les ondes sonores en leur donnant encore plus de relief. " Résultat : avec un design qui minimise l'empreinte, l'image et l'audio ne font plus qu'un.