Thomas Pieters sera papa fin juillet. Aux anges, le n°1 belge va évidemment adapter son calendrier en fonction de cet heureux événement et probablement zapper quelques tournois de son calendrier estival. Actuellement classé à la 75e place du ranking mondial, l'Anversois es...

Thomas Pieters sera papa fin juillet. Aux anges, le n°1 belge va évidemment adapter son calendrier en fonction de cet heureux événement et probablement zapper quelques tournois de son calendrier estival. Actuellement classé à la 75e place du ranking mondial, l'Anversois espère participer, du 6 au 9 août, à l'USPGA, premier tournoi du Grand Chelem de l'année. Thomas Detry, lui, a les yeux rivés vers la tournée anglaise - baptisée UK Swing - qui débutera le 22 juillet. Afin de faciliter les contrôles sanitaires et d'éviter les déplacements, six tournois sont programmés sur les fairways britanniques en l'espace de deux mois. Le Bruxellois a déjà mis le cap vers Londres où il s'entraîne sur les greens du Queenwood GC, dont il est devenu membre. S'il signe rapidement de bons résultats, Detry pourrait intégrer le top 100 mondial (il est actuellement 113e) et se qualifier in extremis pour son premier Major lors de cet USPGA. Quant à Nicolas Colsaerts, qui s'entraîne ces jours-ci dans le sud de la France, il pourrait reprendre du service dès l'Open d'Autriche (9 juillet) qui se disputera sur le parcours du Diamond CC et enchaîner ensuite avec une partie de la tournée UK Swing, dont l'Open de Galles. On sait combien il apprécie le parcours du Celtic Manor où, en 2014, il avait réussi le plus long drive de l'histoire de l'European Tour (408 mètres ! )