Entre des éditions à Paris et Bucarest, cette semaine sonore reste conforme à l'ambition transversale du festival depuis ses débuts en 2011 : donner au public l'occasion d'entendre des créations originales, parfois dans des lieux peu usités, comme la Salle Gothique de l'Hôtel de Ville, mais aussi in...

Entre des éditions à Paris et Bucarest, cette semaine sonore reste conforme à l'ambition transversale du festival depuis ses débuts en 2011 : donner au public l'occasion d'entendre des créations originales, parfois dans des lieux peu usités, comme la Salle Gothique de l'Hôtel de Ville, mais aussi informer sur la santé auditive et pratiquer les Field Recordings. Parmi ceux-ci, " Canal sonore ", parcours audiovisuel dans l'univers industriel - mais pas seulement - du port de Gand (Centrale For Contemporary Arts). Ou cette " Balade matinale par un dimanche d'hiver " du 4 février sous la houlette de l'artiste-pédagogue Jean-François Pirson, qui emmène un groupe limité à 16 personnes dans une marche urbaine à l'écoute de Bruxelles. Autre initiative inusitée et collective, au Musée des Instruments de Musique : le Human Organ Concerto de Jo Caimo, installation audiovisuelle qui fonctionne par la respiration des spectateurs. Si d'autres soirées s'annoncent peut-être moins spéciales, comme le concert " Autour des basses " au Conservatoire de Bruxelles, la particularité de la Semaine du Son, se retrouve pleinement avec l'invité d'honneur de l'édition 2018, John Cage. Compositeur, poète et plasticien, le créateur américain (1912-1992) est ici abordé par le biais d'une exposition, de conférences et de plusieurs concerts, dont un consacré au " piano jouet " et un autre au fameux concept de " piano préparé ".