Créateur et organisateur du tournoi, Thomas Pieters aurait, bien sûr, aimé signer une belle performance devants ses nombreux supporters. Visiblement fatigué et nerveux, le champion anversois a hélas commencé l'épreuve en signant une carte catastrophique de 77 (+6). Il s'est repris lors du deuxième mais il n'a pas réussi à passer le cut. Il n'est évidemment pas simple de combiner les statuts de joueur et de G.O., tant les petits problèmes à régler sont nombreux. Thomas Pieters a en outre confié les postes de commande de ce Belgian Knockout à sa famille, ce qui génère forcément un stress supplémentaire. Mais, à l'arrivée, le résultat est plutôt positif. Beau terrain, remarquables infrastructures, soutien massif de généreux bénévoles, nombreuses animations parallèles et vainqueur talentueux : l'édition 2019 a été un bon cru malgré les résultats décevants des stars belges et un bilan financier moyen. A priori, le format du Belgian Knockout ne devrait pas changer l'année prochaine. Même adresse, même format.